Accueil Politique Le lustre Kerviel

Le lustre Kerviel

15
0
548

lustre.jpgA titre personnel, je me fous comme d’une guigne des déboires juridiques de Jérôme Kerviel, le super trader poursuivi pour avoir causé une perte record de près de 5 milliards à la Société Générale. Cependant, je salue sa maladresse comme une aubaine, car elle met en lumière l’histoire d’un massacre économique à grande échelle.

Rien à foutre d’un trader dont la religion personnelle repose sur d’obscurs plaisirs, aux antipodes de la brutale réalité humaine. Ivre de chiffre, de jeu, de combines et de jackpot, aveuglé par l’inconscience, irresponsable à bien de degrés, formé à l’école impitoyable du coup bas et muni d’un « permis de tuer » délivré par ses employeurs – la violence ne consistant pas à se munir d’un flingue pour aller dévaliser la première agence bancaire venue – le voici passant au guichet pour répondre de ses actes. Justice est faite ? Non !

Jérôme Kerviel vient d’être déclaré coupable et condamné par le tribunal correctionnel à une lourde peine et à des remboursements dont les mensualités relèvent du surréalisme. Lève-toi et marche, ô Breton, pourrait-on dire si le jeu de mots ne semblait pas un brin déplacé en la circonstance.

Cette affaire me fait penser à ces thrillers dont Hollywood est friand et qui fait  le succès commercial. A la fin le méchant est puni. La morale est sauve. Sauf que dans ce cas – dans le réel –, dans notre petite et brutale réalité, le citoyen est bel et bien dépouillé sans que les vrais responsables viennent à la lumière, soient convoqués à la barre pour plus amples explications : une nuée d’avocats, grassement rétribués, est là pour écoper et délivrer une copie sans faille. Coupable !… Innocent !… On oublierait presque que des vies sont en jeu dans ce jeu ignoble.

Dans la dialectique de l’ordure contre celle du pourri, la bataille fait rage. Le peuple est pris en otage On l’invite au festin. Quelques bouts d’os suffiront à étancher sa faim. On monte le tout façon Telenovela et l’usine à névrose tournant à plein régime on oublie l’essentiel : la machine à broyer. Et la machine à broyer, les amis, c’est les banques. N’oublions pas l’Islande, la Grèce, l’Irlande et le sud de l’Europe, Espagne et Portugal pour ne pas les citer.

Tout ça commence à faire des millions et des millions d’arnaqués ! Le système bancaire est vérolé. Il est au bord de l’implosion par manque d’imagination ou par excès de conviction. Cela est déjà le cas dans beaucoup de régions de cette planète, pas aussi douce que le dévoile l’image satellite avec laquelle on fabrique des posters. La misère par la guerre ou l’inverse.

A vouloir imposer une politique basée sur l’acte de prédation pur, le libéralisme déclenche un mécanisme de destruction qui est en passe de le dépasser.

Voilà ce que révèle au grand jour l’affaire Kerviel. Alors, Kerviel, victime ou innocent ? Les deux. En s’engageant sur cette voie, il savait ce qu’il faisait. Il est la victime du syndrome du voleur : il n’y a que quand on est pris qu’on perd son lustre !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

15 Commentaires

  1. b.mode

    7 octobre, 2010 à 5:46

  2. Fifi d'Ardèche

    7 octobre, 2010 à 9:25

    Tout à fait d’accord! Actuellement, un nouveau scandale vient ébranler les plus grandes banques américaines: non seulement, les banques sont responsables de cette fameuse « crise »,ayant entraîné en Amérique la ruine de milliers de foyers et les ayant conduits à la rue après avoir été saisis de tous leurs biens,mais en plus, pour accélérer ces saisies, elles auraient commis des « erreurs de procédure »! ( http://www.liberation.fr/economie/01012294046-dans-99-des-cas-les-saisies-etaient-falsifiees ).Et, selon cet article, cela porte sur des centaines de milliers de saisies!
    Pas étonnant qu’elles aient fait des bénéfices…

    Répondre

  3. Remi Begouen

    7 octobre, 2010 à 11:52

    Très belle chute de lustre !!!
    J’aime beaucoup cet article. Y compris le petit clin d’oeil, ô breton, à l’André Breton qui n’aimait pas du tout que l’on emploie le mot ‘surréaliste’ à tort et à travers, et c’est vrai qu’on en abuse beaucoup… pour des trucs sous-réalistes genre magouilles UMP par ex…
    Mais encore plus « surréaliste » (doubles guillemets!)que Kerviel, il y a le scandale Madoff : boum, crac… et ‘lémarché’ continue de spéculer, ‘business as usual!’… : à en crever, tous ???

    Répondre

  4. Droldidé

    7 octobre, 2010 à 12:01

    Ouais! Le système est vérolé, et ce n’est pas d’hier. N’empêche, il n’en crève toujours pas, même s’il peut paraitre moribond. Va falloir l’achever ce nuisible. C’est le seul moyen de s’en débarrasser.

    Répondre

  5. Fifi d'Ardèche

    7 octobre, 2010 à 17:38

    Olà!…Z’étes partis aux champignons? C’est vrai que c’est la saison!..Ah..Si j’avais les connaissances mycologiques de ma soeur!….Quoique..Je les ai étudiés, mais ce ne sont pas les mêmes!…
    Je suis allée sur ton lien, ami Lediazec,  » la machine à broyer » et j’ai appris que « le marché des changes va probablement être totalement automatisé et qu’il l’est déjà à 70°/°. Mais c’est bien ça!…Et on sait où elles se trouvent, ces machines?!!!…

    Répondre

  6. lediazec

    7 octobre, 2010 à 17:40

    Où Christian Estrosi porte plainte contre un sénateur http://bit.ly/axMHcf

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  7. lediazec

    7 octobre, 2010 à 17:45

    @ Fifi. J’ignore l’endroit où ce type de machine est localisé. Bernard le sait peut-être puisque c’est lui qui m’a fourni ce lien, ma foi très intéressant.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. Fifi d'Ardèche

    7 octobre, 2010 à 18:01

    C’est sur le mode plaisanterie, évidemment, mais c’est quand même moins violent, pour d’éventuels mécontents du système (…), d’aller stopper des machines plutôt que de prendre à partie un certain nombre de banquiers répartis dans le monde.

    Répondre

  9. Fifi d'Ardèche

    7 octobre, 2010 à 18:13

    Bon, c’est vrai, il s’agit bien là « d’un massacre économique à grande échelle » , ainsi que tu le dis : non seulement les banques, qui sont responsables de la « crise » ,se sont fait aider par les gouvernements, au détriment des peuples qui sont amenés à des « sacrifices » ,c’est à dire à vivre de plus en plus mal , mais en plus elles se font de l’argent sur le dos des pauvres gens qu’elles ont elles-même ruinés et, cela , d’après ce que l’on apprend des USA , d’une manière illégale!
    C’est tellement inouï, tellement énorme, tellement abject….

    Répondre

  10. b.mode

    7 octobre, 2010 à 19:22

    Il faut qu’une femme choisisse : avec un homme aimé des femmes, elle n’est pas tranquille ; avec un homme que les femmes n’aiment pas, elle n’est pas heureuse.
    C’est sexiste, nan ? ça me déçoit d’Anatole du soir

    Répondre

  11. Fifi d'Ardèche

    7 octobre, 2010 à 20:42

    Beuh…Cela voudrait dire qu’elle fonde son amour sur les impressions des autres…L’Amour, c’est d’abord un sentiment vrai entre deux personnes, les autres , cela n’a aucune importance…

    Répondre

  12. Remi Begouen

    7 octobre, 2010 à 20:55

    B.mode – Sans doute suis-je stupide ce soir? Mais je n’aime pas le rester! Bref je n’ai rien compris à ton ‘Anatole du soir’. Ce doit être subtil, soit. Mais je suis certain à ne pas être le (la) seul(e) à se gratter la tête… tu peux nous aider à comprendre ? Merci !

    Répondre

  13. b.mode

    8 octobre, 2010 à 3:18

    C’est simplement une citation d’Anatole France, mon bon Rémi ! Rien de subtil, rassure toi !

    Répondre

  14. b.mode

    9 octobre, 2010 à 17:36

  15. Guillaume

    30 décembre, 2010 à 13:20

Répondre à lediazec Annuler la réponse.

Consulter aussi

Mauvaises nouvelles de la toile

. Les nichemards de mes nuits ! Voilà le gouvernement, Xavier Bertrand en tête, empêtré da…