Accueil Politique La mort y a plein de vie dedans !

La mort y a plein de vie dedans !

55
0
943

vautourpyrnes2.jpg

Après moi le Déluge ! Cette expression courante (souvent employée au second degré, ouf !), je l’ai récemment relue dans un commentaire (et c’était au 3°degré). Mais elle renvoie quand même, au tout premier degré à la réalité, mourir. Nous sommes tous et chacun immortel(s), soit. Boris Vian y compris, qui concluait sa célèbre chanson ‘Je voudrais pas mourir avant’… par un magnifique : … ‘et à la grande rigueur, ne pas mourir du tout !’

Comme tout un chacun, chacune, nous sommes affligés de la mort d’humains, surtout s’il s’agit de gosses, de jeunes, d’adultes, de vieux… de notre proche entourage. Voire de l’autre bout du monde…

‘Après moi le Déluge’ m’évoque surtout, sur le plan principal de la vie de la cité, de la res-publica, cet égoïsme crasse, voire pire, celle de l’immortelle Liliane Bettencourt (par exemple et entre autres !) qui ‘achète’ son immortalité à coup de millions (milliards ? je m’y perds !), cependant que de vénérables artistes ou scientifiques célèbres ‘cassent la pipe’ tout simplement, comme ça, laissant belle trace de vie dans la société. Comme X ou Y de par le monde, à tout âge, font de même en laissant une belle trace, douloureuse, dans leur entourage proche… au moins.

‘La mort, y’a plein de vie dedans’ chante merveilleusement le poète Félix Leclerc. Et c’est exactement le contraire de l’affreux ‘après moi le déluge’. C’est dire que chacun et chacune, à sa mort, quel que soit son âge, son statut… reste ‘vivant’ pour d’autres vivants, etc. à n’en plus finir de cette humanité, dont la seule religion, basique partout, est le culte des morts, avec nombreuses variantes…

De grandioses sépultures de très riches personnages, ignorés de tous, tombent en ruine – j’ai vu cela au Père-Lachaise, où je vais à l’occasion méditer au Mur des Fédérés, fusillés là en 1871 – cependant que des fosses communes ont accueillis des génies comme Mozart ou tant et tant de victimes anonymes de massacres (Srebrenica, Rwanda… pour en rester aux dernières décennies, mais il y a en tant eu…).

Bref, je ne voulais surtout pas faire un billet morbide, mais c’est vrai qu’on a du mal à rigoler sur le sujet. Nous avons pourtant chacun(e) besoin de rigoler, malgré la nouvelle d’un décès : ‘Faut vivre’ comme le chante le poète chanteur Mouloudji. Rigolade du genre : ‘On y passera aussi, à trépasser… mais, après vous je vous en prie’. Entre amis, cela passe à peu près (on boit un coup de remonte-pente après une cérémonie mortuaire).

Mais la guerre de classes ignore la frontière vie/mort, malgré le malicieux clin d’œil de Brassens : ‘les morts sont tous des braves types’… Non, avec les ennemis de classe, du genre ‘après moi le déluge’, là, je trinque pour boire un coup en rigolant franchement à l’annonce de la mort d’un richard : ‘tout ce fric volé pour finir par crever comme tout le monde ?’… Ben, çà t’apprendra, na !

Je dédie ce petit billet à la mémoire du prolétaire Thierry, dont la mort m’avait inspiré le texte suivant, il y a quelques semaines :

Échec et Mort

Thierry, 56 ans, 1m85, a quitté ce bas monde, je viens de l’apprendre au bistrot où je jouais aux échecs contre lui, assez souvent. Il n’était pas un ami intime, mais un très bon copain, un mec avec qui échanger – entre deux parties d’échecs – beaucoup de considérations sur la vie en général et en particulier. Encore qu’il ait toujours été très réservé à parler des particularités de sa vie privée. Je sais simplement qu’il fut ouvrier très hautement spécialisé à l’usine ‘Air Bus’ de Saint-Nazaire, à en intimider de vaniteux ingénieurs. Et qu’il avait de fortes attaches, en plus de son amour immodéré pour l’aviation, avec la montagne, celle de ses Pyrénées…

Sans nouvelles de lui depuis un bon mois, nous supposions donc qu’il était retourné là-bas (là-haut) une fois de plus. Mais non. Mis en ‘arrêt maladie longue durée’ depuis quelques années (souffle au cœur, je crois), il semble avoir vécu ses derniers jours, voire semaines, tout seul. Où quelqu’un de sa famille, enfin, a découvert le drame, bien plus tard que le décès…

Thierry ne nous avait jamais donné son adresse ni son n° de téléphone, raison pour laquelle nous ne savions rien de son absence si prolongée. Il y avait bien une femme, marrante comme lui d’ailleurs, qui ‘avait été avec lui’ et devait bien savoir cela, mais avait disparue de la circulation locale et Thierry ne voulait pas aborder le sujet de leur séparation, sinon d’un sourire et d’un haussement d’épaules… avec un ‘c’est la vie’… Soit !

Reste que Thierry est mort, seul comme un chien abandonné. Alors que, à défaut de compagne, il avait la chaude amitié de copains de bistrots (quelques copines aussi) qui pensaient à la si belle chanson de Brel : ‘T’es pas tout seul, Jeff !’

Lorsque j’ai appris la triste nouvelle à un copain de bistrot, il s’est mis à pleurer, sans retenue. Malgré que l’on soit attablés auprès de gens que nous ne connaissions que de vue (histoire de fumer un clope en terrasse !) et qui ne connaissaient pas Thierry. C’étaient des Maghrébins qui parlaient en arabe et dont nous avons, ainsi, brutalement interrompu la conversation. Je m’en suis excusé auprès d’eux, mais l’un d’eux m’a répondu (à peu près) : ‘Votre ami Thierry est aussi le nôtre, qu’il repose en paix !’

Merci les amis… et d’autant plus que l’une des divergences que j’ai eu avec Thierry tournait justement autour du racisme (si latent partout) qui le tentait envers les Arabes… Mais il admit très bien mes énergiques arguments : c’est même de là que nous sommes devenus très copains. Repose en paix, Thierry. En avion, dans les Pyrénées, où tu veux. En fin de partie d’échecs, lorsqu’un joueur déclare à l’autre ‘échec et mat’, cela veut dire le roi est mort, en arabe ‘cheikh el mout’

Thierry est mort, et je ne me sens pas bien vivant…

Salut l’ami, je t’aimais bien, tu sais…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

55 Commentaires

  1. lediazec

    8 octobre, 2010 à 7:14

    La mort comme véhicule de vie, ça me convient tout à fait. Finalement, la mort est l’histoire d’un déménagement, d’un changement de quartier ou de situation pour quelqu’un de cher, de proche. C’est une histoire de proximité et d’émotion. Un simple coup de téléphone intérieur et la distance s’abolit.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. laetSgo

    8 octobre, 2010 à 9:24

    et puis s’il n’y avait la mort, comment pourrions nous apprécier pleinement la vie ? mais c’est une histoire triste quand même…on meurt toujours seul…mais seul et abandonné ?

    Répondre

  3. clarky

    8 octobre, 2010 à 10:07

    faut bien crever un jour, mais le plus tard sera le mieux…

    c’est pas la mort en elle-même qui refroidit mais plutôt ses satellites qui l’accompagnent: souffrance physique, dépérissement, dépendance plus ou moins prononcée, bref, ce long cheminement parfois qui te tue à petit feux.

    bon, tu m’as cassé le moral pour la journée rémi mais ton billet est plus que nécessaire ;)

    y’a pas bien longtemps, ils ont retrouvé, sur marseille, une petite vieille qu’était morte depuis plus de 6 mois dans sa bicoque hlm…

    Répondre

  4. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 11:11

    Tant qu’il sera dans ta mémoire, tant que tu penseras à lui avec affection, il ne sera pas  » mort » et, par la pensée, tu continueras tes discussions métaphysiques avec lui, ré-abordant tel ou tel sujet discutés avec lui de son vivant et te demandant ce qu’il t’aurait répondu…
    Ce qui peine, c’est l’âge , 56 ans c’est trop tôt…, et la solitude au moment de son départ et les questions , voire les remords que cela entraîne :  » N’aurions-nous pas pu être là , pour lui porter assistance ? « pourquoi ne l’avons-nous pas contacté ? »
    …Même s’il peut sembler brutal de l’exprimer maintenant, il faut regarder ces questionnements en face , de manière à ce qu’ils n’empêchent pas la vie qui continue… Cet homme avait un téléphone, des portables, des voisins, des amis, qu’il aurait pu appeler.Cela ne s’est pas produit, c’est donc, soit qu’il ne l’a pas voulu, soit qu’il n’en a pas eu le temps.
    Te lisant, moi, je sens bien que cet homme ne mourra jamais…

    Répondre

  5. Remi Begouen

    8 octobre, 2010 à 11:35

    Merci les amis, et particulièrement Fifi dans le message précédent. Je vais donner en version papier (pour ceux qui n’ont pas Internet) ce texte à divers amis de Thierry… et continuer ainsi de le porter dans le coeur.
    La chanson du jour, de Félix Leclerc, est très belle aussi et beaucoup plus célèbre que ‘La Vie, L’Amour, La Mort’, poème qui est le plus beau que je connaisse de Félix Leclerc et dont j’ai extrait le titre de cet article. Merci Lediazec de nous avoir donné cela, à défaut de cette chanson. Elle est difficile à trouver sur le Net, j’ai réussi à l’écouter hier… et ne retrouve plus où ni comment aujourd’hui !
    Je voulais vous en fournir les paroles, car je n’ai plus le vinyl où il était et ne le retrouve pas dans mes archives, ni dans ces deux livres que je vous recommande pourtant :
    - De Jacques Bertin (poète et chanteur français, ami de Félix):
    ‘Felix Leclerc, Le Roi heureux’ biographie, ed Compact, 1991.
    - De Roger Chamberland : ‘La Chanson Québécoise’, Ed Nuit Blanche 1995
    Je vais essayer de retrouver ce poème. A vous d’essayer aussi !

    Répondre

  6. lediazec

    8 octobre, 2010 à 11:54

    Voici donc les paroles, à défaut du morceau
    Parole de chanson La vie, l’amour, la mort

    C’est beau la vie,
    comme un nœud dans le bois
    C’est bon la vie,
    bue au creux de ta main
    Fragile aussi,
    même celle du roi
    C’est dur la vie,
    vous me comprenez bien.

    C’est beau l’amour,
    tu l’as écrit sur moi
    C’est bon l’amour
    quand tes mains le déploient
    C’est lourd l’amour
    accroché à nos reins
    C’est court l’amour
    et ça ne comprend rien.

    C’est fou la mort,
    plus méchant que le vent
    C’est sourd la mort,
    comme un mort sur un banc
    C’est noir la mort
    et ça passe en riant
    C’est grand la mort,
    c’est plein de vie dedans.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  7. lediazec

    8 octobre, 2010 à 12:12

    Journée galère. J’ai perdu tous mes docs. Toutes mes images. Toute ma collection d’Erby. Le son. Mon ordi a rendu l’âme, frappé par la vérole, j’ai un rhume, j’ai 38 de fièvre, je coule du nez, je crache comme un forçat, j’ai l’œsophage en feu, mais je suis en vie et il fait beau en Armorique !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. Remi Begouen

    8 octobre, 2010 à 12:25

    -Ben, de ta galère pleine de vie, tu rames et tu souques dur et bien! A en avoir retrouvé les paroles du Félix que je cherchais!
    -Bon, ton ordi n’a pas d’âme, infâme machine qui prétend ordonner et qui claque ‘sans état d’âme’ sinon sans dégâts pour le vrai ordinateur-humain que, toi, moi et chacun sommes, pour ses outils aussi sophistiqués soient-ils…
    -Ben, Bon, Bien… ‘encore heureux qu’il ait fait beau et qu’la Martine-Galante soit une belle dame!!! Deux bises aux deux !!!

    Répondre

  9. Didier Goux

    8 octobre, 2010 à 12:44

    Merci pour Félix ! Lequel a aussi écrit d’excellents livres, notamment « Pieds nus dans l’aube ».

    Sinon, Mozart n’a pas été mis à la fosse commune, mais enterré dans un caveau collectif de 16 places, pour de simples raisons financières…

    Répondre

  10. anne

    8 octobre, 2010 à 12:52

    On peut écouter la chanson sur musicme :

    http://www.musicme.com/#/Felix-Leclerc/albums/Master-Serie-%28Vol.2%29-0731451471124.html?play=0731451471124-01_14

    Et il me semble que « et même à la grande rigueur ne pas mourir du tout », c’est plutôt dans Brassens (Les funérailles d’antan).

    Répondre

  11. clarky

    8 octobre, 2010 à 14:06

    arf rodo, la crève tu as, moi ça fait 15 jours qu’elle me colle aux talons, pas moyen de s’en débarrasser de la garce…

    rodo, dès que je te vois, je te file mon portable, vrai de vrai, un hp tout jouli et je te mettrai même de quoi ne plus être infecté ;)

    je vais débarquer dans vos contrées lointaines entre novembre et fevrier, sais pas trop encore, faut juste que je m’organise et que je profite vite tant que je tiens encore sur mes 2 guiboles !

    petit message à laet: vraiment content pour toi et ton nouveau job ;)

    Répondre

  12. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 14:19

    C’est la saison des affections virales ! Mais vu la trempe qui est la vôtre, vous allez vite flanquer cela dehors! Ces petites bêtes n’auront pas raison de vous!

    Répondre

  13. clarky

    8 octobre, 2010 à 14:24

    fifi, relâche le spéléo que tu coinces dans ta grotte ;)

    mais t’as raison fifi, c’est la saison des affections, y’a qu’à voir celle qui se répand de longue sur les antennes en ce moment à la téloche: visite surprise de sarko dans un bahut, puis avec benoit 16, etc, etc.

    Répondre

  14. b.mode

    8 octobre, 2010 à 14:34

    « Ne sois jamais seul sauf dans ton linceul… » John Façade

    Répondre

  15. clarky

    8 octobre, 2010 à 15:00

    oupela, rock nantais detected ou c’est moi qui pars en vrille sous l’effet du vicks inhalé à trop fortes doses :)

    Répondre

  16. b.mode

    8 octobre, 2010 à 15:03

    hey oui lolo et si tu as une bonne vue tu reconnaitras quelqu’un qui a beaucoup vieilli… Mon ami ! ;)

    Répondre

  17. clarky

    8 octobre, 2010 à 15:11

    erf, la vue c’est plus ça, j’ai deux paires de lunettes désormais biscotte en vision de près je vois tout trouble, remarque des fois c’est pas plus mal :)

    attends, ne me dis pas que t’as fait le musicos avec les façadiers ??!!?? , tain, je vais essayer de trouver une video…

    Répondre

  18. b.mode

    8 octobre, 2010 à 15:15

    On a eu des vies antérieures, mon bon ! http://www.myspace.com/johnfacade

    Répondre

  19. clarky

    8 octobre, 2010 à 15:25

    ben mon salaud, je savais pas tout ça, remarque je sais pas grand chose au moins ça va plus vite :)

    bon j’arrive pas à te reconnaitre, faut dire que je t’ai connu que vieux ;) , par contre on s’emmerde pas hein, SG ça c’est de la gratte et la bassiste, c’est sur elle que j’ai bloqué !

    Répondre

  20. b.mode

    8 octobre, 2010 à 15:27

    content que ça eut pu te plaire à l’époque… moi je suis juste parolier à droite sur la photo…

    Répondre

  21. b.mode

    8 octobre, 2010 à 15:28

    Des oeufs au lait pour rémi pour la pollution de mes interventions ! :)

    Répondre

  22. clarky

    8 octobre, 2010 à 15:41

    oki, j’ai vu ;)

    ben la scène française dans les années 70/80 c’était cake chose, j’ai écouté des trucs qu’on devait être à peine 3 à connaitre :)

    putain quand je repense aux dogs et le bonheur que j’ai eu quand ils sont passés dans une petite salle d’istres, fabuleux !

    et apprendre la mort de dominique laboubée (pas sur du nom de famille par contre) à 45 piges ça calme sévère.

    Répondre

  23. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 15:56

    @Clarky C’est qu’il est beau, ce spéléo…Je suis l’affaire, espérant de tout coeur que l’on va vite le retrouver et en forme! ..Si vous avez besoin de vous refaire une santé, venez donc par ici, la Nature y est belle et généreuse ,le béton ne risque pas d’y faire des dégâts, vue la configuration du terrain et le bon goût des gens d’ici qui sont sympas! Et si, d’aventure , on vous « coupait les vivres »,il y a des châtaignes, des noisettes, des noix et des pommes,de bonnes herbes bien naturelles et pleines de vitamines pour faire des soupes, des champignons , des sangliers et des truites…MAIS SURTOUT…Ne l’ébruitez pas!

    Répondre

  24. clarky

    8 octobre, 2010 à 16:15

    oh fifi, l’ardèche c’est ma deuxième maison ;)

    Répondre

  25. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 16:24

    Paraît qu’il y a AUSSI des réserves de gaz naturel qui excitent beaucoup Dick Cheney …

    Répondre

  26. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 16:30

    Cela ne m’étonne pas, il n’y a que des gens bien, par ici!…Je parcourais les journaux afin de savoir ce qu’il se passe dans le monde , retenant les titres des divers journaux et mon ordi s’est emmêlé…les pinceaux! Voilà ce qu’il m’a sorti, le coquin:
    « Un des deux alligators en cavale retrouvé ,DSK a tapé dans l’oeil de Martine Aubry ;les punaises de lit reviennent en force, le gouvernement veut prendre de vitesse les manifs; Larry Clark enfile les controverses « .
    Il va falloir que je le répare.

    Répondre

  27. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 16:34

    Rémi, nous ommes un VIEUX pays, avec une majorité de vieux avant l’âge, si on n’est plus PRODUCTIF , on est vieux … Avant, les vieux on les respectait, après on a commencé à les mettre au rencard, dans des « maisons », à les bourrer de toutes sortes de saloperies pour soit-disant les maintenir en vie, les prendre gentiment par la main les jours de vote et leur faire mettre le BON bulletin dans l’urne, « faut qu’ils servent à quelque chose ». Et puis çà a a sa pension, çà vit de peu, une soupe, un bout de fromage, et au lit … le reste de côté, pour des jours meilleurs, au cas où …

    On est vieux-jeune, dés que la production baisse ou que le marché devient bancal, alors on se dit « y s’serait ben mieux chez lui, à planter ses salades … », a ller au bistro l’après midi voir ses copains, à s’raconter les histoires du vieux temps, le temps où « le lait et le miel coulait directement des arbres et que la vie était toujours belle » …

    Conne de vie !

    Répondre

  28. lediazec

    8 octobre, 2010 à 16:48

    Ah, Bernard ! Ainsi donc, John Façade ! Du rock comme il en pleut. Dommage que je n’ai pas récupéré le son. Mais je mets de côté. Ah, oui !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  29. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 16:52

    Olà, Lapecnaude, à bas la sinistrose! Chasse vite cela! Si les gens manifestent leur désaccord dans plusieurs pays , actuellement, c’est bien parce qu’ils ne sont pas d’accord avec cette entreprise de déshumanisation qu’est le matérialisme à tout va! C’est parce que , pour eux, « humain » cela a du sens et ils sont nombreux…

    Répondre

  30. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 17:20

    Toi, tu cherches ton avatar ?

    Répondre

  31. b.mode

    8 octobre, 2010 à 17:43

    Courir comme un con pour mourir un peu plus vite, ça vous rappelle pas un programme ?

    Répondre

  32. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 17:52

    « Rien ne sert de courir, mieux partir à point! » Non , je ne cherche pas mon avatar, de toutes façons, c’est la tortue, j’ai juste abandonné momentanément car je n’y arrivais pas. Non, je cherche à adapter la recette de la chorba à mes possibilités actuelles…

    Répondre

  33. clarky

    8 octobre, 2010 à 18:15

    vivi mon bernard, travailler plus pour gagner plus qui disait l’autre vampire des carpettes ! bref, on est dans le toujours plus si cher à de closets…

    fifi, je suis plutôt pour « rien ne sert de discourir, faut juste répartir à point ! » ;)
    dis, t’es où en ardèche fifi, des fois qu’il me prenne l’envie de faire un saut, histoire qu’on se fasse un mini raout ruminant :)

    Répondre

  34. b.mode

    8 octobre, 2010 à 18:26

    hé hé !

    Répondre

  35. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 18:43

    Tout là-haut, au fin fond des bois, au bord de la rivière! Elle est bonne, ta formule!

    Répondre

  36. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 18:45

    Euh…Pour Rémi, dont j’éssaie d’atténuer la tristesse depuis un moment-là,avec mes élucubrations,  » j’ai pris le maquis »…

    Répondre

  37. lediazec

    8 octobre, 2010 à 19:04

    Une question Bernard : d’où vient l’appellation John Façade ? Jolie du reste.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  38. clarky

    8 octobre, 2010 à 19:07

    tant pis biscotte moi je suis tout en bas bien que pareillement au fin fond des bois, tout proche de la tour de brison, mais bon, comme je ne suis qu’un prolo, je n’ai droit qu’à un ruisseau .

    Répondre

  39. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 19:12

    Clarky : Yabon dans l’Ardèche … je suis pas trop forte en phonétique mais comme c’est pour une petite « mousmée » çà peut peut-être passer.
    Et ne me pose pas trop de questions, elle a pris le maquis et moi je suis la trace, des fois que je la perde !(elle).

    Tiens en parlant de groupes musicaux, dans les années 60, il y eut un groupe de tourangeaux monté à Paris au « Golf Drouot », ils ont tenu 3 jours avec leurs smokingues roses, dedans il y avait un batteur qui est devenu mon mari … il n’a plus jamais fait de musique.
    Par contre, je me souviens des jeunes années de ma petite soeur qui se sentait la fibre musicale et grattait, grattait… à l’infini « les jeux interdits ». Les frères et moi avons eu une de ces envies de lui retourner sa gratte sur la tête !!!

    Répondre

  40. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 19:42

    Clarky, on peut vivre dans une jolie maison au bord d’un ruisseau et sous la tente au bord d’une rivière!Mais pourquoi pas? Moi, je me souviens que , dans mes jeunes années, j’étais allée avec un groupe de copains écolos ( déjà à l’époque…)camper dans la forêt pour étudier les sangliers et entendre le brâme des cerfs..(mais voui!) Et, en fait de sangliers et de brâme des cerfs, alors qu’on était à l’affût,sans faire le moindre bruit , sans fumer, sans faire de feu, on a entendu ,au beau milieu de la nuit et qui campaient non loin , une bande de « vieux » qui rigolaient et chantaient qu’ils étaient venus là  » écouter l’herbe qui pousse »!…en s’accompagnant pour lutter contre le froid de la nuit, d’un bocal de cerises à l’eau de vie…C’étaient mes frères et une soeur qui remplissaient là leur rôle de chaperons…Quelle vie….

    Répondre

  41. clarky

    8 octobre, 2010 à 21:09

    @françoise
    yabon ??!!?? en ardèche, tain connais pas ce bled, le seul yabon dont je me souvienne c’est un dessert caramélisé, sorte de riz au lait que je bouffais étant jeune, mon dieu, ça date…

    michellllllllllllll, michelllllllllllllllllllllll, je l’ai revu y’a pas longtemps !
    te moque pas hein, quand j’ai eu ma première gratte, j’ai bien enregistré sur une cassette audio de 90 minutes be bop a lula, et 90 min c’est long, surtout quand tu la fais écouter au frangin qui lui taquine sa race la 6 cordes, même la 12 !

    @fifi
    la belle maison, proche de vallon et retapée durant trois ans, j’y mets jamais les pieds, elle me sert de garde-manger quand les périodes sont difficiles.

    près du ruisseau y’a juste un cabanon en pierres et plus loin, une vieille bergerie pour les chèvres, en ruine elle aussi, que je remonte comme un bagnard vu que c’est la cambrousse profonde et c’est pour ça que je m’y sens plus que bien.

    Répondre

  42. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 21:19

    Ils se permettent tout sous prétexte qu’ils sont vieux … des cerises à l’eau de vie ! c’est la cerise sur le gâteau.

    Répondre

  43. clarky

    8 octobre, 2010 à 21:23

    faut pas confondre avec l’eau de vit (les cerises sont en dessous), toutes n’acceptent pas forcément d’en boire !!! ( tain, je vais me faire latter par les féministes :) ).

    Répondre

  44. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 21:25

    Clarky : excuses je ne suis pas forte pour les jeux de mots. Albon…vla.
    Quand je vais chez mon fils, je me heurte sans cesse à des amplis, des grattes à je ne sais combien de cordes, des petites et des grandes et des collection de chapeaux « manouche », tu sais les feutres cabossés. Il fait partie d’un ensemble jazz-manouche et gratte, ma foi pour moi qui n’ai pas d’oreille, pas trop mal. Le musico dans la famille c’était mon mari, en jazz et rock surtout. Moi je suis, je chaperonne quoi.

    Répondre

  45. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 21:29

    Clarky : je ne latte pas, pas du tout, je manque trop de vit-alitée pour çà ! (dis çà donne envie d’écouter l’herbe pousser çà ?)

    Répondre

  46. lapecnaude

    8 octobre, 2010 à 21:52

    http://menilmontant.typepad.fr/mon_weblog/2009/10/on-a-tous-quelque-chose-de-sarkozy.html

    à lire attentivement … çà avec l’apprentissage militaire des lycéens en Italie du Nord, çà ne présage rien de bon.

    Répondre

  47. Fifi d'Ardèche

    8 octobre, 2010 à 22:21

    …Surtout si c’est… l’absolution qu’il est allé chercher à Rome…

    Répondre

  48. clarky

    8 octobre, 2010 à 23:11

    françoise, lorsque y’a vit alité je préconise fortement la main, gauche ou droite c’est selon, plutôt qu’une quelconque pénétration ;)

    l’herbe pousser je sais pas et question envie faut voir l’état de la pelouse avant tout :)

    sinon, le seul truc auquel je me suis heurté c’était la méthode de marcel dadi, et puis je me suis mis à la batterie qui correspondait mieux au gros bourrin que j’étais, et que je suis toujours d’ailleurs !

    Répondre

  49. Remi Begouen

    9 octobre, 2010 à 1:52

    Rivière ou ruisseau, débat réjouissant d’entre Fifi et Clarky… entre autres cascades de commentaires divers comme la vie, nos vies, et cela est bien dans l’esprit de Félix Leclerc, de Thierry… MERCI!
    J’ai commencé à faire circuler, sur papier, mon article : il est chaudement apprécié.

    Répondre

  50. b.mode

    9 octobre, 2010 à 3:04

    @rodo Marrant ! c’est une question que m’avait posé un journaliste à l’époque. J’avais répondu John c’est l’Angleterre et Façade ce sont les singes… M’en demande pas plus ! ;)

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Voyages au Maroc (partie 4)

Au bout du monde (partie 2) (Essai paru sous le nom de «EL CAROSSA», en avril 1999, suite …