Accueil Politique Faucille, marteau, enclume…

Faucille, marteau, enclume…

25
0
952

newcom.jpgLa première fois que j’ai vu le bel emblème du croisement de la faucille et du marteau, c’était à la poupe d’un vaisseau soviétique en transit dans le canal de Suez, vers 1950 : j’avais 11 ou 12 ans et nous amusions à nommer les nationalités des bateaux du canal. Comme mes enfants (et les vôtres…ou vous-même ?) se sont amusés à nommer, selon le numéro de la plaque, l’origine départementale des voitures croisées…

Quelques années plus tard – pour moi un siècle ! – j’ai appris, en pension à Amiens, que cet emblème n’était pas de Russie soviétique, mais de l’Internationale Prolétarienne, fondée bien avant par un certain Karl Marx.

Bon, il m’a fallu encore quelques années – un autre siècle ! – pour apprendre que le PCF ( ‘premier parti de France en 1945’, si !) avait voté, au parlement ‘les pleins pouvoirs à Guy Mollet’ pour l’atroce Guerre d’Algérie. Alors que, comme tant d’autres jeunes, nous avions besoin de ce parti pour ne pas ‘y aller’, pour déserter.

Encore quelques années plus tard, je parle d’autres siècles, je suis membre actif d’une tentative (avortée) de renaissance du PCF, avec sa variante groupusculaire pro-chinoise contre le vieux PC pro-soviétique. Au meeting de lancement, dans une salle de la Mutualité parisienne, des nervis de ce PC (des syndicalistes CGT de l’imprimerie) font le coup de poing, prennent la tribune… et, naïf, ma carte de syndiqué CGT-imprimeur me donne accès au micro conquis par nos agresseurs. J’y clame des slogans pour Mao… Cela retourne la salle un instant, le temps qu’on m’arrache le micro des mains, avant de m’expulser manu-très-militari, dans un escalier au bas duquel je me retrouve sans chemise, t-shirt déchiré, mais à peu près OK…

faucillemarteau.jpgA peine plus tard, mais ce sont encore pour moi d’autres siècles, c’est MAI  68. Notre pseudo Vrai Parti Communiste y implose cependant que la révolte  – ouvrière bien plus qu’étudiante ! -  explose. C’est pour moi – et beaucoup  d’autres – l’occasion de rejoindre la mouvance anarchiste. D’abord concrètement, à coups de pavés, etc… Confirmée au cours des années suivantes à coups de mouvances sociales, bonnes ou mauvaises, comme la vie…

Je veux surtout dire que si je suis anticommuniste depuis le début de ma maturité, c’est par rapport au PCF, à cause des ‘pleins pouvoirs’ donnés à Guy Mollet, faute impardonnable. Mais que je suis communiste, comme tant (la majorité !) de camarades qui ont quitté ‘Le Parti’ (ou n’y ont jamais adhéré, comme moi), lorsqu’il y a de stupides attaques, idéologiques surtout, de divers ‘spécialistes’ (ou enivré(e)s de bistrots) qui dégoisent des conneries  – je ne trouve pas d’autre mot – sur l’actualité des luttes sociales. Dont l’avenir – mondial ! – est la justice, donc par le communisme bien compris. Celui de Bakounine.

pcf8.jpgPaysans et ouvriers, ‘faucille et marteau’, c’est bien mieux que ‘marteau et enclume’, c’est-à-dire bourgeois contre prolétaires, non ? Bref, ‘total respect’ pour cet emblème de l’internationale communiste à sa naissance, bien avant son usurpation par la dictature stalinienne et sa 3° Internationale, cour de minables PC inconditionnels à Moscou.

Je suis communiste de cœur, à vie. Certes ‘l’anticommuniste’ – secondaire, pas primaire -, par rapport aux magouilles du PCF, à la remorque d’un PS pourri, n’a rien à voir avec les dégueulis des réacs… Et tout à voir avec l’espoir que, à la base, on se rejoigne de plus en plus, quelque soit l’étiquette, pour dézinguer la hautaine bourgeoisie, le capitalisme meurtrier… et inventer l’avenir sans en être l’enclume… :

Révolution !

enclum10.jpgC’était mon billet d’humeur, suite à une discussion en marge de la manif de samedi 16, entre membres du PCF, des Verts, du PG et de dits ‘inorganisés’ comme moi… et tant d’autres ! Discussion un peu confuse, mais qui s’est bien conclue par des sourires et éclats de rires, suite à une plaisanterie du genre, à peu près, de ‘foutre l’enclume sur l’enculeur Tsarko’… 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

25 Commentaires

  1. babelouest

    19 octobre, 2010 à 4:31

    Comme çà, Rémi ? (je suis loin de valoir René à ce jeu-là)
    http://i20.servimg.com/u/f20/11/40/28/12/enclum10.jpg
    C’t'aprèm’, çà va chauffer ! Et vive Bakounine !

    Répondre

  2. b.mode

    19 octobre, 2010 à 5:08

    Quant on parle du loup …Ajout de deux crobards du rené reçu à l’instant ! Sinon, en hommage à Rodo, un Taj Mahal dont le titre lui rappellera de superbes souvenirs !

    Répondre

  3. b.mode

    19 octobre, 2010 à 5:11

    Et ajout du crobard de Jean Claude ! ; Le plat du jour est concocté par Christophe !

    Répondre

  4. b.mode

    19 octobre, 2010 à 5:48

    J’oubliais ! Joli texte : sincère et avec des vrais morceaux de vécu dedans ! Rodo si tu as besoin d’une traduction du titre du blues, je suis à ta dispo ! ;)

    Répondre

  5. babelouest

    19 octobre, 2010 à 5:59

    Oui, tes souvenirs de contacts avec nos camarades du PCF sont intéressants, Rémi : ils me rappellent les miens, à savoir qu’ils ont toujours fait passer le dogme avant la réalité, du moins c’est ainsi que je l’ai ressenti. Ils sont le cheval de labour de la gauche, alors que j’avais plutôt la position du petit alezan qu’on passe dans les vignes, animal léger et plus versatile, qu’on attelle sur la carriole pour rentrer au petit trot. Si je peux me faire comprendre….

    Répondre

  6. lediazec

    19 octobre, 2010 à 6:08

    « L’homme ne doit plus exister en tant qu’homme. Mais en tant qu’atome de la communauté. S’il était absolument nécessaire de trouver un nom pour définir le régime de Lénine, ce ne serait ni empire ni royauté ni république, mais internat (pas internationale). » Albert Londres, 13 mai 1920.
    Le communisme selon Bakounine, celui de la Première Internationale, ne peut s’épanouir que dans la liberté, à l’opposé des thèses bolchéviques. Pour bien distinguer le gouffre qui sépare ces deux visions du monde, Errico Malatesta, théoricien anarchiste italien, avait trouvé le mot juste adopté lors d’un lointain congrès : le communisme libertaire. Parce que sans liberté l’homme n’est rien.
    Sinon, pour le reste, la routine : les primaires, les secondaires et le tertiaire !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  7. lediazec

    19 octobre, 2010 à 6:23

    Putain ! Je n’ai toujours pas de son. Bécane en distribile, tout comme le mécano qui doit configurer.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. GdeC

    19 octobre, 2010 à 7:33

    beau parcours.. merci pour ce témoignage.

    Répondre

  9. Laetsgo

    19 octobre, 2010 à 7:54

    Un coucou en passant ! Ça va chauffer ! À défaut de grand soir, nous allons avoir une grande journée ! Haut les cœurs compagnons !
    Joli tranche d’histoire Remi ! J’aurais bien voulu connaitre cette époque, ms à chq génération la sienne, et là, on est pas trop mal loti en terme de croisée des chemins !!!

    Répondre

  10. clomani

    19 octobre, 2010 à 9:25

    Temps vaguement pourri sur Paris… paraît que l’Nabot mise sur le mauvais temps… on va lui prouver le contraire.
    Vive l’internationale prolétarienne ! Seule arme contre la mondialisation. J’adore le sens de la démocratie des gros bras des imprimeurs. Une ex amie y a fait ses armes. Elle a été une des rares femmes secrétaire fédérale (fédé du papier où les imprimeurs ont atterri)… pourtant, elle était très obéissante. N’empêche qu’elle a été éjectée méchamment il y a 2 ans ! Pourtant, elle en avait avalé, des couleuvres… elle a même travaillé pour le syndicat alors qu’elle était aux Assedics ! (z’avaient pas les moyens de la payer, soi-disant).
    Petit cadeau en prime : « la Chute » avec des sous-titres franchouilles ;o))
    http://www.bbec.lautre.net/www/spip_truks-en-vrak/spip.php?article404

    Répondre

  11. Remi Begouen

    19 octobre, 2010 à 10:10

    Lediazec – Merci de ces citations d’Albert Londres et de Malatesta… Je m’attendais à ce que tu nous cite Claude Lefort, ton ‘maître’ (façon de parler), dont j’ai lu dans Politis un bel éloge : l’as-tu lu ?
    Clomani – tu as l’art d’aller nous dénicher des doc incroyables, merci ! Cette parodie de Sarko en Hitler est à la fois hilarante et intelligente…
    Bon, ici, il ne pleut pas encore, s’il pleut sur la manif cet après-midi, on dira que Sarko se permet maintenant de ‘faire la pluie et le beau temps’ contre nous : son petit marteau rageur sur l’enclume qu’est le peuple ne lui suffit plus! Vivement qu’on l’écrase, merci du dessin Babel !

    Répondre

  12. Remi Begouen

    19 octobre, 2010 à 10:34

    J’avais pas encore lu l’excellente phrase du jour, si bien choisie, merci. Dans le long et beau texte de ‘Monolecte’, j’aime aussi le paragraphe pétant concernant ‘le camarade qui a toujours de bonnes raisons d’aller manifester’ : je vais montrer cela à (au moins) un ami…
    Concernant le ‘communisme libertaire’, je croise souvent un camarade, très brillant, de l’OCL (Organisation des Communistes Libertaires) à qui j’ai demandé d’adhérer, il y a au moins 3 ans. Il m’a répondu qu’il était tout seul ici, 2 en Loire Atlantique, peu dans toute la France…Et que ma place ‘de vieil agitateur poète’ (sic) était suffisante, très OCL… Et qu’un jour, on fera tous la révolution OCL !! Tiens je vais essayer de le revoir cet après-midi, de le taquiner sur ce jour…d’hui ?

    Répondre

  13. Remi Begouen

    19 octobre, 2010 à 10:35

    Erreur : ‘Toujours de bonnes raisons de NE PAS manifester’…

    Répondre

  14. lediazec

    19 octobre, 2010 à 13:30

    Retour de manif. Beaucoup, beaucoup de monde à Lannion. De loin la plus importante des manifs en nombre. 12 000 manifestants ? Peut-être un peu plus. Belle ambiance.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  15. Fifi d'Ardèche

    19 octobre, 2010 à 14:22

    Une vie remplie d’aventures,de convictions,le courage de défendre ses idées!Bon, allez, juste pour vous taquiner: n’a-t-on pas dit que le premier communiste, ce serait..Le Christ?
    Là, …c’est sur, je vais me faire huer! Mais c’est juste pour taquiner,par ces temps grognons…
    Taj Mahal , c’est génial!

    Répondre

  16. ZapPow

    19 octobre, 2010 à 14:31

    L’homme qui sourit à Bakounine est digne de la table des dieux et du lit des déesses.

    Répondre

  17. clomani

    19 octobre, 2010 à 15:36

    Mediapart a fait un petit article rendant hommage au Théâtre du Soleil (et à Ariane Mnouchkine bien sûr) qui se sont invités dans toutes les manifs.
    Voici l’extrait vidéo qu’ils proposent : (la justice en marche…)
    http://www.dailymotion.com/video/xf8vaw_le-theatre-du-soleil-pour-la-retrai_news#from=embed
    attaquée par un vol de corbeaux :
    http://www.youtube.com/watch?v=EhIeBdMbSlg&feature=player_embedded

    Merci à Madame Mnouchkine… et respect ! Enfin la culture qui s’exprime par une autre bouche dégoût que celle de cet enfoiré de Depardieu qui soutient Sarko et répète à l’envi son mépris pour « la rue ».

    Répondre

  18. Fifi d'Ardèche

    19 octobre, 2010 à 16:25

    Respect total pour Ariane Mnouchkine!

    Répondre

  19. Remi Begouen

    19 octobre, 2010 à 16:46

    Retour de Manif à Saint-Nazaire (abrégée pour moi : je boîte !).
    J’entends encore de ma fenêtre ouverte des slogans et pétards, dans les rues voisines. Faut dire qu’il fait presque soleil, il y à peine eu 3 gouttes de crachin, tout à l’heure…
    Manif aussi importante qu’avant, plus nerveuse encore. Presque de la routine, sauf qu’il y a toujours de l’imprévu. Cette fois, pour moi, cela a été d’aider un aveugle de mon âge, que je connais de longue date et avec qui j’ai discuté politique autrefois. Nous sommes en désaccord, il est militant PS ! Mais on lui a lu je ne sais plus quel essai que j’ai écrit et il l’avait beaucoup apprécié… Bref, je l’aide à traverser la foule (il a tendance à donner des coups de canne blanche dans les jambes!) pour son objectif : retrouver le PS ! Après bien des efforts, je découvre enfin une demie-douzaine de drapeaux PS bien enroulés, le long d’un mur, sans encore aucun de ses militants… alors que la manif commence! : Je l’ai laissé là… à garder le PS absent, belle image (triste!) de ce parti ‘sérieux’… (hum!)

    Répondre

  20. babelouest

    19 octobre, 2010 à 17:56

    Ah bon, Remi ? A Saint Nazaire, il y a des drapeaux du PS pour les manifs ? En tout cas, ceux d’Airbus étaient bien là, bien bruyants et bien présents : ils n’étaient pas seuls !

    Répondre

  21. babelouest

    19 octobre, 2010 à 18:04

    Sur l’AFP, à 17h48 la CGT annonce trois millions et demi, comme le 12. J’ajoute qu’il y a plus de détermination encore. Où est l’affaiblissement ?

    Répondre

  22. clomani

    19 octobre, 2010 à 18:09

    Retour de manif… je suis arrivée à Invalides alors que le cortège des étudiants/enseignants/lycéens faisait entendre ses flonflons. Entretemps, j’avais appris par une copine qu’il y avait un autre cortège qui partait, lui, de Nation pour aller finir aux Invalides.
    Sortie du métro Invalides : toutes les télés (M6 entre autres)… je venais d’arriver en haut de l’escalier quand un mec, la trentaine dépassée, a brutalement coupé l’escalier roulant, déséquilibrant du même coup ceux qui étaient en train de monter. Pas compris cet arrêt brutal du bouzin… si ça n’est pour emmerder le monde et j’ai eu l’impression que le mec, ensuite, se dirigeait en direction de la flicaille (bon, je sais, je fais de l’anti-keuferie mais en ce moment, ça me paraît un peu normal).
    Parce que, donc, place des Invalides, quasi foule de militants syndicalistes présents pour encadrer les jeunes et empêcher tout débordement. Mais, encadrant les encadreurs, des rangées de CRS… empêchant le passage dans toutes les avenues et rues partant de l’Esplanade des Invalides. Le plus gros étant situé à l’entrée du Pont Alexandre III (celui qui mène, rive droite, à l’Elysée) !!! Alors là ils avaient sorti les rambos ! Gilet pare-balles, épaulettes de tortues Ninjas, casques et matraques à la ceinture (pas eu le temps de voir s’il y avait des flash-balls dont la préfecture prétend qu’elle les a interdit depuis la semaine dernière, et qu’on voit pourtant partout dans les manifs). Derrière les ninjas au front bas, des rangées de grilles : on ne peut pas passer ! Donc nous voilà obligés de longer le quai (d’Orsay ?) pour aller traverser par l’autre pont, plus modeste celui-là ! Je me suis fait l’effet d’être un mouton compté avant le marquage… vous savez, lorsqu’on oblige les moutons à passer un par un entre d’étroites barrières… Y’avait 2 ou 3 mecs appuyés négligemment sur le parapet… dont j’aurais parié qu’ils étaient des keufs (ça se voit comme le nez au milieu de la figure) et je me suis dit que j’avais eu raison de mettre ma casquette Mao dont la visière me cache très bien le haut du visage ;o)).
    La manif, elle, très calme… il semblait y avoir beaucoup de gens derrière, les djeun’s étant aux premières lignes avec leur fanfare et leur batucada… plein d’enseignants et de gens plus ou moins âgés qui les suivaient.
    Mais j’ai senti comme une chappe de plomb dès la sortie du métro : trop de keufs ! Ils bloquent tout ! Comme d’habe, il faut passer entre leurs fourches caudines…
    Il a plu, un peu… pas trop… mais j’attends de voir ce qu’il s’est passé en général à Paname parce qu’un tel déploiement policier ne peut être qu’une invite à la provocation. En plus, ils affichent une espèce de morgue imbécile… pov’connards ! S’ils s’imaginent représenter le pouvoir, ils sont mal !
    D’ailleurs j’ai vu un tract où il était marqué : « dans Sarko il y a K.O. » …

    Répondre

  23. clomani

    19 octobre, 2010 à 18:12

    ce qu’a écrit Mediapart sur l’arrivée de la 1ère manif aux Invalides :
    « 16h10. La tête du cortège arrive devant les Invalides, raconte notre reporter «embeded» dans la manifestation Marine Turchi. Dans le quartier des ministères, toutes les rues qui mènent à un bâtiment officiel sont obstruées par les barrières réglementaires en acier galvanisé (16,5 kg, 2,5 mètres de large sur 1,5 mètre de haut) doublées d’un cordon de CRS et de cars stationnés derrière. La rue de Grenelle, d’historique mémoire, est tout particulièrement prise de cette folie obsidionale. Le pouvoir est assiégé, le peuple est à la rue. « 

    Répondre

  24. babelouest

    19 octobre, 2010 à 18:29

    Tiens, Remi, après ton départ de la manif il y aurait eu des heurts à saint Nazaire:
    http://www.la-croix.com/afp.static/pages/101019161816.ddx5yu3f.htm

    On le voit bien, les « autorités » tentent tout pour pousser le peuple à la faute : en vain.

    Répondre

  25. Remi Begouen

    20 octobre, 2010 à 9:32

    Babelouest – Je complète ton info sur les incidents de St-Nazaire mais je l’ai fait, par erreur, en commentaire de l’article d’aujourd’hui de Lediazec (d’ailleurs c’est plutôt toi qui a fait l’erreur de le mettre ici, c’est pas grave).

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’épluche-mémoire

 (…) « Ce sont ces moments fantastiques où je ne trouve rien à faire. Aucune envie. Aucune…