Accueil Politique Secrétaire de 3 rédac-chefs à Europe N°1

Secrétaire de 3 rédac-chefs à Europe N°1

24
0
1,659

rumeurope1.jpgTrès vite, j’eus un contrat. Je serais donc la secrétaire des trois rédacteurs en chef. Leur bureau se trouvait tout au fond de la Rédaction. Derrière une baie vitrée à stores, siégeaient G. Leroy et J. Paoli, l’un à côté de l’autre, mon bureau était devant le leur, aussi derrière une baie vitrée à stores, avec Altschuller à ma gauche. C’était un très vieux monsieur, qui renâclait beaucoup lorsqu’on lui demandait un éditorial mais finissait par accepter, et me demandait alors d’appeler les conseillers d’un Ministre ou du Président (Pompidou à l’époque). A la suite de quoi il s’exécutait et partait l’enregistrer au studio.

Jacques Paoli avait à l’époque un édito quotidien, Leroy aussi, mais en plus son émission de débat politique le soir. C’est là que j’ai croisé des politiques comme Lecanuet, JJSS, Giscard mais aussi des artistes ou des sportifs. Le carnet d’adresse de mon principal patron était bien rempli et j’ai vite pris l’habitude d’évoluer dans ce genre de milieu où tout le monde se tutoie et se fait la bise, mais où on vous attend le ragot ou le couteau entre les dents à la moindre alerte. Mais peu m’importait à l’époque. J’étais dans ma phase d’observation, j’étais loin de tout ragot.

Le matin à 9h, lorsque j’arrivais, je devais traverser toute la rédaction, alors que Gorini avait convoqué la conférence en prévision des journaux du soir. Les journalistes, composés majoritairement d’hommes, étaient autour d’une table, et les reportages du jour étaient lancés après moult discussions. Les premiers jours furent intimidants pour la provinciale que j’étais, habituée à la décontraction américaine chez Du Pont. Je sentais les regards me suivre mais je marchais la tête haute sans voir personne, jusqu’au bureau du fond où, une fois assise, c’était mon tour d’observer ce qui se déroulait devant mes yeux.

Mon travail consistait beaucoup à répondre au téléphone. Politiques, auditeurs, Siegel, syndicalistes, épouses, enfants, maîtresses… il fallait éconduire, faire patienter, passer immédiatement, prendre les messages, savoir de quoi on me parlait si c’était une sollicitation, prendre garde de « passer ensemble » avec la secrétaire à l’autre bout du fil sans quoi on se serait fait gronder ! Je trouvais ça dérisoire mais je m’y pliais. Ma courte expérience avec Siégel m’avait suffi.

Je devais aussi répondre au courrier que recevait mes patrons… Altschuller et Paoli ne s’en occupaient guère mais Leroy répondait à toutes les lettres. C’était en gros toujours les mêmes questions : « je veux devenir journaliste, puis-je venir travailler avec vous » ou « puis-je avoir les coordonnées de la personne, de l’association, etc. que vous avez reçue hier soir » ? Un jour, lasse de taper 60 fois la même lettre dans une journée, je suis allée voir Leroy, pour l’informer qu’il existait des machines électriques munies de cassettes sur lesquelles on enregistrait un texte. On pouvait alors répéter inlassablement le texte, il suffisait seulement de taper le nom et l’adresse du destinataire. Ce gain de temps me permettrait de me consacrer à des activités plus intelligentes. Que n’avais-je pas dit ! « Mais vous n’êtes pas là pour faire la révolution, s’indigna mon patron, alors vous allez continuer à faire comme jusqu’à présent« .

Les rapports que j’avais avec lui m’agaçaient. Il était terriblement paternaliste et tyrannisait tout le monde. Guindé, donneur de leçons de surcroît, il disait « je dois vous apprendre à travailler » ! Pourtant, je trouvais la gestion du personnel et de la bureaucratie complètement obsolète. La comptabilité était faite à la main, les bulletins de salaires mesuraient 80 cm de large sur 1 cm de haut ! Les machines à écrire étaient mécaniques (les premiers mois). J’étais habituée aux IBM électriques.

Ca, c’était pour les côtés négatifs, mais j’étais trop contente de travailler à Europe, la station qui avait bercé mon adolescence, dans cette ambiance où il fallait être intuitive, réactive, avoir le sens des priorités, réfléchir rapidement, travailler vite. C’était « mon truc ». Ca l’est resté d’ailleurs. Je déteste le travail répétitif et une rédaction où tout peut arriver et tout doit être prêt en deux temps trois mouvement, c’était le lieu de travail idéal pour moi.

Leroy me donnait ses éditos à taper à la machine sous forme de trois ou quatre feuillets manuscrits. Pas toujours faciles à déchiffrer au début. Je savais que ses commentaires étaient le fruit des conversations avec les personnes que je lui avais passé(es) ? au téléphone. Paoli, lui, me les dictais directement. Il venait donc s’asseoir à côté de moi et hop, en un quart d’heure c’était fait. Quarante ans plus tard, j’aime toujours autant écrire sous la dictée. Ca me repose l’esprit : c’est un peu comme si j’étais en mode automatique et que mes oreilles soient directement reliées à mes doigts.

Je ne saurais dire pourquoi mais c’est une activité qui rapproche. Paoli était mon boss préféré. Il arrivait toujours tard dans la matinée, l’air débordé. Sa maîtresse de l’époque, une fausse blonde de mon âge (20 ans), hystérique s’appelait Isabelle S…a. Elle est maintenant l’épouse d’un « pote à Sarko », à la tête d’une municipalité UMP du 9-2. Elle était infernale, rompait trois fois par jour, demandait que j’aille récupérer chez elle le bracelet que Paoli lui avait offert (c’était à deux pas de la rue François 1er, derrière l’avenue Montaigne), menaçait de se suicider. Le soir, pendant que Leroy était à l’antenne, de 19h30 à 20h30, Paoli me disait « allez, viens ma grande tringle… on va boire un coup« . Il sortait alors une bouteille et deux verres de son bureau, et nous sirotions le scotch en papotant. Un jour, comme je m’extasiais sur son cendrier hyper tendance, il me l’offrit. J’étais ravie, j’étais fumeuse. Le lendemain, il me demanda où était passé son cendrier, il le cherchait ! Je crois qu’il n’était heureux ni au travail, ni chez lui, ni avec Isabelle. Ces moments m’étaient agréables car Leroy avait petit à petit pris le pouvoir et me cassait les pieds. J’avais droit à des réflexions du genre « Madame Leroy trouve que vous dites tout le temps OK au téléphone, ça n’est pas bien… si vous continuez, à chaque OK, je vous ferais payer 1 F ! « . C’était fatiguant, et ça me minait, à force. C’est pour ça que j’appréciais Jacques Paoli et sa gentillesse légèrement alcoolisée.

Un jour, Leroy pris complètement le pouvoir. Jacques Paoli avait hérité de la tranche 12h30 – 14h30. Il quittait la Rédaction pour aller s’installer à « La Grange ». Sur le même étage, « La Grange » (un espace ouvert comme la rédaction, mais consacré, celui-là, aux animateurs d’Europe 1) jouxtait les studios. Quant à Georges Altschuller, il prit sa retraite. Je n’étais plus que « la secrétaire de Georges Leroy ».

Après un déménagement rapide, je rejoignis le bureau de la secrétaire de Jean Gorini à l’autre bout de la Rédaction. Mon patron eut un grand bureau vitré d’où il pouvait voir l’ensemble des journalistes. Là, j’héritais d’une collègue, je tournais le dos à la rédaction. Siégel venait de virer la grande blonde à lunettes qu’il avait gardée et ce fut l’assistant de Jean Serge qui la remplaça.
A partir de ce moment, j’ai vécu les quatre meilleures années de ma vie professionnelle.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par clomani
Charger d'autres écrits dans Politique

24 Commentaires

  1. b.mode

    1 décembre, 2010 à 3:12

    Chronique pif et paf ajoutée colonne de gauche. Rétro Narcisse mise à jour avec abécédaire en sus ! Je crois avoir deviné qui est cette Zabou S. Indice si je ne me trompe pas : http://www.veoh.com/browse/videos/category/music/watch/v71465939HWcgGdc

    Répondre

  2. babelouest

    1 décembre, 2010 à 5:49

    Coucou ! Oui, Zabou n’est plus anonyme, on a compris ! Super, ta chronique, Clo, on s’y croirait vraiment. A l’époque, c’est France musique que j’écoutais, donc j’ai rarement eu l’occasion d’entendre les Paoli, Altschuller ou Leroy dans leurs œuvres. Plus qu’une autre époque, c’était un autre monde où le management n’était même pas encore inventé. Moi aussi j’ai connu les feuilles de paye, là où j’ai bossé avant d’aller à l’armée, pendant les vacances d’été, qui faisaient au moins 30 cm de haut, pour 5 cm de large, avec le nom de l’employé écrit a la mano tout en bas. C’était une banque, les comptes des clients étaient représentés par des cartons à peu près carrés de 20 cm de côté, imprimés par un ordinateur de l’époque. Les iPads ™ d’aujourd’hui sont probablement plus puissants, à l’époque ils étaient une dizaine pour servir le monstre, plus à temps plein deux techniciens du fabricant en cas de (fréquente) panne. Il occupait tout une pièce plus ou moins bien climatisée (c’étaient les débuts là aussi). http://i60.servimg.com/u/f60/11/40/28/12/icl_co10.jpg

    Répondre

  3. clomani

    1 décembre, 2010 à 8:31

    Mais où l’avez vous vue, cette Zabou S. ?

    Répondre

  4. babelouest

    1 décembre, 2010 à 8:44

    On n’répondra pas ici, là là là !

    Répondre

  5. b.mode

    1 décembre, 2010 à 9:02

    hi hi hi !

    Répondre

  6. b.mode

    1 décembre, 2010 à 9:22

    Question pour une championne : son mari n’-t-il pas du s’exiler un temps aux antilles ?

    Répondre

  7. clomani

    1 décembre, 2010 à 12:19

    A y est ! J’ai atterri :mdr: J’avais complètement oublié l’épisode à Saint Martin (‘tention, pas n’importe quelle Antille, celle des riches, le paradis fiscal) !
    Qu’est-ce qu’elle était pénible, la Zabou !

    Répondre

  8. lediazec

    1 décembre, 2010 à 13:28

    Superbe bafouille. J’attends une suite. A propos de radio http://www.liberation.fr/medias/01012305426-olivennes-passe-a-la-radio

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  9. Bernard Langlois

    1 décembre, 2010 à 17:32

    Donc, on t’appelle Clo — comme Clotilde, Claudette ? … —, tu es grande et blonde, tu m’as croisé dans les couloirs d’A2 … Et je découvre ici qu’on a dû se croiser aussi dans ceux d’Europe 1 ! En tout cas,j’ai connu comme toi l’époque Siégel-Gorini, avec les deux crocodiles dans le bocal du fond, ce vieux Georges dans son coin à côté du bureau des sports (les trois C : Choiseul,Chapatte,Couderc), Georges Arnaud et sa bouteille de Johnny Walker,Mme Hermann, etc.
    Mais moi j’étais « du matin » (arrivée vers 5H), avec Mougeotte,Dassier,Lefèvre,Bouteiller,Levaï,JFK,Cotta, a.s.o., j’en oublie …

    A la réflexion, je devais être juste parti d’Europe (pour la télé, 1ère équipe Desgraupes 70)quand tu y est entrée.

    Rigolo de lire tes souvenirs, qui ricochent sur les miens. Moi aussi je suis preneur d’une suite !

    (Isabelle S. devenue B., OK. Mais le marquis, je vois pas, à part ce pauvre Virieu — qui était déjà marié à l’époque …)

    Répondre

  10. Bernard Langlois

    1 décembre, 2010 à 17:33

    Oups ! Pas Georges Arnaud, André !

    Répondre

  11. clomani

    1 décembre, 2010 à 17:59

    Ben ça alors ! Bernard Langlois qui prend la peine de commenter mes souvenirs !! Ca fait plaisir.
    Je suis arrivée à Europe au moment où Bouteiller en partait (je l’écoute tous les matins à son émission sur le jazz à TSF)… Me souviens parfaitement de Choisel, Chapatte et Couderc… Ils étaient devant mon bureau au début puis j’ai eu Bruno Dalle et son équipe de reporters… Levaï était en effet à ma droite, et Cotta est arrivée ensuite ;o)). André Arnaud faisait toujours les flash de l’après-midi… et piquait de temps à autre des crises d’hystéries.
    Ensuite, je t’ai connu à Antenne 2, quand tu présentais le 13h (ou le 20h ?)…
    Mais il ne faut pas me faire dévoiler la suite de mes aventures…

    Répondre

  12. clomani

    1 décembre, 2010 à 18:02

    Oh, j’avais loupé la zique du jour ! Ca dépote grave ! Merci Bernard ;o)).

    Répondre

  13. gauchedecombat

    1 décembre, 2010 à 18:23

    ouahhh, la classe les blogueurs de rumi ! ya le fameux Langlois chez vous, dites donc ! C’est pas par chez moi qu’il viendrait… suis bien trop out !

    Répondre

  14. b.mode

    1 décembre, 2010 à 18:25

    bah, je n’osais pas te le dire GDC ! je plaisante vieux grigou ! ;) par contre j’ai pas lu où quelqu’un parlait de marquis ! Abus de malt ?

    Répondre

  15. clomani

    1 décembre, 2010 à 18:50

    Moi pareil… pas pigé où B.L. a trouvé un « marquis » ? Le mari d’Isabelle S devenue B ?

    Répondre

  16. Rémi Begouen

    1 décembre, 2010 à 19:01

    Marquis ou pas, on s’en fout… mais il me souvient, Clomani, que tu ne voulais pas ‘emmerder Bernard Langlois par de vieux souvenirs’ (commentaire à mon article sur Serfaty), et c’est lui, maintenant qui te demande si tu t’appelles Clotilde ou Claudette, j’espère que tu vas lui répondre sur son blog, o)) !

    Répondre

  17. clomani

    1 décembre, 2010 à 19:29

    C’est fait, Rémi… anciens combattants, qu’on « fait » ;o)).
    Sinon il faut rendre à Rémi ce qui appartient à César : c’est bien toi qui as fait venir Bernard Langlois sur Ruminances ;o). N’est-ce pas, Gauche de Combat ;o).

    Répondre

  18. b.mode

    1 décembre, 2010 à 19:41

    Non rémi, on s’en fout pas ! je vois toujours pas où est le marquis !

    Répondre

  19. clomani

    1 décembre, 2010 à 19:44

    Demande à l’auteur ;o)). Moi j’ai oublié ;o(.

    Répondre

  20. b.mode

    1 décembre, 2010 à 19:48

    @clo la zique est une suggestion Lolo ! ;)

    Répondre

  21. b.mode

    2 décembre, 2010 à 3:44

    A la demande de l’auteur, les billets de clo sur son voyage au pays des médias sont tous réunis dans pif et paf. (en haut à gauche). http://ruminances.unblog.fr/tag/pif-et-paf/

    Répondre

  22. babelouest

    2 décembre, 2010 à 3:48

    Quelle chance !

    Répondre

  23. clomani

    2 décembre, 2010 à 7:00

    Fulgurance grâce à une insomnie (côte fêlée au cours de l’IRM de la semaine dernière) !
    Le marquis auquel faisait allusion B. Langlois provient justement d’un de mes récits du PAF, le télévisuel cette fois-ci. J’y parlais d’une vague journaliste envoyant les cartons d’invitation de ses épousailles avec un marquis via la boîte. Le marquis ? Il était audiovisuel aussi… SFP à l’époque je crois… A. de C.T.

    Répondre

  24. babelouest

    2 décembre, 2010 à 16:00

    Et un beau petit scandale, un ! Tout chaud, bien salé, faut-il vous l’emballer ?
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=18314

    Répondre

Répondre à b.mode Annuler la réponse.

Consulter aussi

Mission pour l’enfer

Avant départ et voyage En général, la mission à l’étranger est demandée par le chef …