( 2 décembre, 2010 )

Bureau Ovale

bureauovale.jpgEn son Bureau Ovale, Barack songeait. Sur ce siège, ou un autre similaire, s’étaient assis moult présidents d’un pays bien jeune encore. Au-delà des vitres blindées, les pelouses de la Maison-Blanche ondulaient au vent. Mais lui repensait à ce qui avait créé cette nation à laquelle ses prédécesseurs avaient appris à être fière, et même arrogante.

Dans les forêts de cette contrée immense, explorateurs, trappeurs, coureurs des bois avaient arpenté buissons et futaies, avaient fraternisé avec les nations qui vivaient là, ou au contraire, selon leur caractère, avaient attaqué « ces sauvages » qui vivaient différemment. Dans l’immense Prairie, Irlandais, puritains, chassés de chez eux, Allemands venus tenter leur chance poussaient vers l’ouest, toujours vers l’ouest, accompagnés de quelques noirs montés du vieux Sud dans le même espoir. C’était bien loin. De nombreux entrepreneurs brutaux, spéculant sur l’or, le chemin de fer, le pétrole avaient causé des ravages dans les rangs des colons, et aussi dans les cœurs où ils avaient apporté souvent la rapacité et le mépris.

Tout cela avait créé une nation aux mœurs brutales, où chacun avait appris à ne compter que sur lui-même pour simplement survivre. La solidarité n’existait qu’entre voisins qui avaient appris à s’estimer, pas du tout entre des gens qui ne se connaissaient pas et n’y tenaient pas. La cohésion ne tenait qu’à coups d’ennemis plus ou moins imaginaires, avec lesquels il fallait en découdre, et contre lesquels des armées s’étaient constituées vaille que vaille

Encore la guerre de sécession avait-elle failli tuer dans l’œuf ce besoin de cohésion, en raison de visions différentes de l’avenir, et des rapports entre personnes présentant de petites différences physiques. Longtemps après, des traces de ce conflit interne perduraient, et lui, Barack, en était particulièrement conscient, premier président au teint moins clair de l’Histoire de ce pays.

Maintenant, toujours pour conserver un semblant d’unité, il envoyait au front quelque part de nouveaux citoyens, issus souvent des pays plus au sud, là où les langues latines étaient dominantes. S’ils survivaient, ces hommes nouveaux étaient attachés à un pays qui les avait ainsi acceptés dans son sein, ainsi que leurs familles. Mais cela ne se faisait qu’au prix de la fabrication de nouvelles armes, toujours, et de mensonges à propos de menaces fictives dont les nations envahies étaient sensées être la source. Ce pays n’était plus qu’une usine d’armement tous azimuts, y compris biologiques, destinés à asservir tous les autres pays du monde.

bureauovaleobamabush.jpgBarack savait tout cela, bien sûr. Il savait aussi que l’optique des stratèges qu’il côtoyait tous les jours était bien de cet ordre, et que la perversité des mensonges anciens obligeait à continuer dans cette voie coûte que coûte. C’était une fuite en avant, qui ruinait le sol de la planète entière, rien que pour la maîtriser davantage, et puis c’est tout. La vision de l’avenir se perdait dans un brouillard, où un mur de plus en plus proche apparaissait fugitivement au milieu des volutes de brume.

Des représentants plus clairvoyants, d’autres pays en général, mais aussi de la communauté scientifique nationale, criaient à l’abandon de ces pratiques : tout était fait, grâce à une propagande bien orchestrée, et aussi grâce à des menaces, pour couvrir leurs voix trop lucides. Ceux qui tenaient les cordons de la bourse, grands industriels de l’armement, de la chimie, de la biologie génétique, banquiers d’affaires, entretenaient de nombreux instituts de recherche, dont le seul but véritable était d’infléchir dans leur sens la politique du pays. Comme la démocratie affichée était plus réelle qu’en Europe souvent, c’étaient les membres du Congrès qui étaient leur cible, et ne passaient que les lois qui les arrangeaient, quelle que fût la couleur politique de la majorité.

Barack savait tout cela, il savait qu’il était tenu, que tout était verrouillé, et que malgré ses efforts il ne pourrait pas ramener son pays à des visions plus réalistes à long terme. C’est pourquoi il envisageait d’en finir, et de tout détruire. Pour cela, il lui suffisait d’écouter ses « alliés » saoudiens, israéliens, britanniques, qui rêvaient d’en découdre avec les « États voyous », Iran, Corée du nord, l’opposition afghane de plus en plus vive, Oh, ils n’avaient pas que des craintes, mais aussi des visées économiques. Tout cela faisait que les intérêts convergeaient en vue d’une attaque de Téhéran, le prétexte étant tout trouvé. La première centrale nucléaire de production électrique venait d’être mise en service, il était si simple d’accuser les Iraniens de vouloir en faire un complexe de production d’uranium militaire !

Décidément mal à l’aise, Barack se leva. Si lui, ou ses enragés d’ « amis »  israéliens, attaquaient le sol iranien, deux géants risquaient fort d’en prendre ombrage. La Russie, aux stocks d’armes stratégiques encore bien garnis, la Chine moins bien pourvue, mais plus agressive n’hésiteraient pas à défendre leur voisin. Le Pakistan se joindrait probablement à eux. Ce serait alors l’escalade inéluctable.

Une grande partie de l’Asie, l’Europe, l’Amérique du nord ne seraient plus que ruines, les retombées contamineraient tout le reste en quelques années. A ce moment-là, Barack ne se poserait plus de questions. Un grand éclair blanc aurait été la réponse définitive.

monde0502.jpg

15 Commentaires à “ Bureau Ovale ” »

  1. babelouest dit :

    Oui, je sais, ce n’est pas très gai comme vision…. Malgré tout, bonne journée à tous ! Il fera frrroid !

  2. Rémi Begouen dit :

    Il fera frrroid, certes! Mais c’est moins pire que le ‘grand éclair blanc’ qui conclue ton bel article, sévère et lucide…

  3. Rémi Begouen dit :

    Impressions de ma deuxième lecture de ton article ‘visionnaire’. Il me revient cette phrase (à peu près) de Jean Jaurès : ‘le capitalisme porte ne son sein la guerre, comme la nuée porte l’orage’… Tu décris bien, à grands traits, l’histoire et la sociologie de ce peuple ‘gourmand’… Tu évoques la puissance des banques, trusts, etc. Mais il y a plus grave : rappelons-nous comment le peuple allemand, tant humilié par le Traité de Versailles, s’est enfoncé dans une crise monétaire catastrophique et s’en est ‘sorti’ de la pire des manières, par la dictature Hitlérienne… et la 2° Guerre Mondiale!!!
    La crise actuelle ‘enfonce’ le peuple américain, tant habitué à l’opulence, et ce n’est pas fini… On est encore loin de voir le $ s’écrouler comme le fit le mark dans les années 20 : mais ‘la planche à billets verts’ tourne de plus en plus, de façon artificielle… et, à l’autre bout du monde, La Chine sert de ‘réserve du $’ : système vicieux de deux géants qui se ‘tiennent par la barbichette’ pour ne pas toucher à leurs monnaies, très sur-évaluées!!! : C’est le capitalisme fou, qui maintient son hégémonie en entraînant de la casse latérale (guerres et crises) en attendant la casse interne !

  4. clomani dit :

    C’est drôle, j’en entendais parler hier, de cette « fichue » épée de Damoclès de feu la toute puissance amerlocaine. Les mentalités sont toujours les mêmes, sauf que les caisses sont vides de ce côté-ci de la planète. De l’autre côté, elles se remplissent, les caisses chinoises…
    Or récemment, la Corée du Nord, aux prises avec des luttes intestines de succession (tiens, ça me rappelle un pays dirigé par un p’tit à talonnettes)a envoyé quelques « pelots » sur sa voisine la Corée du Sud, tuant quelques citoyens du voisin. Les Sudistes, toujours « soutenus » par Washington sont prêts à en découdre… Les Nordistes, appuyés par Pékin, se croyaient tranquilles.
    Or, il serait question que la Chine fasse des concessions : « ok, on vous laisse régler ce problème de la succession de Kim Jong Truc à vot’guise… mais à une condition : que les soldats US ne s’approchent pas du 32e parallèle (à vérifier), la ligne frontalière entre les deux Corées… qu’ils restent au Sud ! »
    Pour l’instant, le « commerce » permet aux équipés « nuke » de rester un peu tranquille…
    Mais en effet, jusqu’à quand ? Et si la Russie perd du pouvoir malgré le pétrole ? Là, boum, tout l’Orient s’enflamme, de Beyrouth à Kaboul… voilà qui va enrichir toujours les mêmes : les fabricants et trafiquants d’armes !
    Ensuite, théorie des dominos : seule solution à la crise économique de l’Europe, la guerre …
    Et voilà pourquoi votre fille est malade !

  5. b.mode dit :

    Triste époque où la logique d’une guerre mondiale paraît inéluctable… Mais sous quelle forme ?

  6. de la mata jeanpaul dit :

    Vous avez peur des guerres vous…vous êtes virtuels pourtant ?

  7. b.mode dit :

    Merci JP pour cette judicieuse saillie ! :)

  8. babelouest dit :

    Euh Bernard, on n’est pas au second étage du 55……

  9. clomani dit :

    Troll mais en rapport avec la « Une du Jour »…
    La première fois que j’ai entendu parler du régime Dukan, j’ai entendu « régime Ducon »… véridique. ;o))
    D’ailleurs les 2 nanas qui le faisaient ont repris le même poids après avoir arrêté le régime ;o).
    J’avais donc bien entendu.

  10. b.mode dit :

    JC c’est quoi le 55 ? :oops:

  11. babelouest dit :

    55 rue du faubourg, j’aurais dû préciser sans doute….. les appart privés……

  12. b.mode dit :

    Arf ! Tu m’as l’air de bien connaître le lieu ! ;)

  13. babelouest dit :

    Ouais, par le gendre d’un collègue, qui y a été planton pas mal de temps….

  14. b.mode dit :

    Chronique d’un planton du 55 rue du Faubourg, ça, ça aurait de la gueule !!! ;)

  15. lediazec dit :

    Bon, on nous prépare au pire. Si c’est le moins moche qui arrive, il se trouvera toujours quelqu’un pour se sentir heureux. Heureux qui comme Ulysse. Espérons que le politique – c’est une chimère – prendra enfin le pas sur le financier. J’ai le droit de rêver…
    Très bien ta bafouille, mon Jean-Claude. Et mieux que ça même.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|