Accueil Politique Des politiques et pas d’imagination

Des politiques et pas d’imagination

25
0
1,325

5970limaginationaupouvoirmai19682008.jpgL’Europe sociale essuie des vents violents, et rien du côté des Météos ne laisse présager la moindre amélioration d’ici à longtemps. Si tant est que ce terme puisse s’appliquer au démontage systématique des acquis sociaux auquel se livre le monde financier dans une guerre franche et sans merci. Niveler par le bas, telle est la volonté affichée, la classe politique  jouant le rôle d’exécutant. Les plus pauvres en prendront pour leur grade, la tête bien enfoncée dans la misère. C’est une guerre sanguinaire qui se développe sous nos yeux. Cette Europe imposée à grands coups de votation et de retour aux urnes quand le résultat ne convient pas est en train de devenir un mouroir. Elle est le réservoir dans lequel le grand frère américain pioche au gré de ses besoins, sans que cela dérange quiconque.

Pour l’heure, en France, l’activité est tournée vers les présidentielles de 2012. Sarko est un des guerriers choisi par la finance pour revenir aux vieilles méthodes de la guerre de classe. En bon capitaine, il a tout donné pour satisfaire au bon vouloir de celle-ci au cours de ce premier et, espérons-le, dernier exercice. Or il semble vouloir remettre ça et il est à prévoir qu’il sortira de sa besace des leurres en daube pour séduire un électorat timoré. Une majorité des électeurs absorbera cela comme on gobe un œuf à la coque. Et si les choses ne se présentent pas trop mal, c’est reparti pour un second tour de vis qui verra le modèle français s’effondrer définitivement. Scénario catastrophe ? Oui, mais de plus en plus plausible.

A gauche, l’heure est aux mamours. Après la guerre, la paix. On se calme, besoin d’une pause. On respire un coup. Il ne se passe plus rien. Calme plat et bisous sont à l’ordre du jour. Et si quelques frictions éclatent de-ci, de-là, cela relève de l’escarmouche et de la bonne « santé démocratique » du parti. Au fond, un parti qui ne se frictionne pas n’est pas un parti démocratique claironnent tous ceux qui, à la moindre opportunité, vous enfoncent une dague bien sentie dans le cœur, au nom du principe établi de la fraternité. Le fait est que Martine Aubry, lors de la convention sur « l’égalité réelle », affirme que le PS a mis en place le « socle de son projet ». Ne riez pas, la chose est fort instructive : il existait au PS une égalité irréelle et je l’ignorais ! Désormais, on y ajoute un socle.

Après chaque débâcle, à gauche comme à droite, hop ! Refondation ! Le terme claque bien aux oreilles. A défaut de créer l’événement, on invente l’événementiel. C’est ainsi que sœur Martine Aubry nous l’annonce : « on ne s’engueule plus ». Du moins publiquement. Il faut savoir raison garder ! Preuve de cette soudaine et belle disposition au sein du premier parti de gauche, la réintégration des alliés « exclus » de Georges Frêche, mort en octobre dernier.

Pour résumer, pendant que François Hollande fait le touriste en Algérie, histoire de se bâtir une stature, Benoît Hamon, fort d’un look gentil garçon intelligent, nous résume l’ambiance générale sans sourciller : « La France est un puzzle en surface, il nous revient de recoudre ce puzzle, de le réunifier, et ce fil qui nous permettra de le faire, c’est l’égalité réelle » (?). Il est fort Frère Benoît !

Et à droite ? A droite on navigue à vue, demain est un autre jour, sans oublier de donner à chaque journée le poids d’une pensée misérable. Dans le doute, on prêche l’union sacrée ! On donne dans l’automatisme langagier, comme François Fillon qui, avec l’énergie du naufragé, martèle ses propos sans en être vraiment convaincu. Pour réveiller les troupes, divisées – et pas que depuis le remaniement -, il se présente comme un consensuel basique : « je n’ai de rivalité avec aucun d’entre vous et je ne suis l’interprète d’aucun clan : voilà pourquoi je serai toujours au service de cette analyse politique ». Quel pilote !

A la tête de l’UMP depuis le départ de Xavier Bertrand, Jean-François Copé, entre deux coups de canifs à l’endroit de son prédécesseur,  lustre sa dague avec le feutre de son ambition, 2017. Or 2017 passe par la mort de Sarko en 2012. Comment donner le change quand plus personne n’ignore ses desseins dans la famille ?… Il fait semblant. Car faire semblant est un art chez les politiques. Il fait semblant d’être en colère contre Marine Le Pen, dont il fustige les propos sur les « prières de rues », tout en cherchant à relancer le débat sur l’identité nationale, car il pense que c’est un « grand débat, un débat nécessaire qu’il nous faudra immanquablement reprendre, c’est essentiel », avant d’enchaîner : « je pense que c’est un thème qu’il faudra reprendre pendant la campagne présidentielle ». Ben voyons !

Le ton est donné quant au type de campagne qu’on nous prépare du côté de la Sarkozie. Nous aurons d’un côté Marine Le Pen et ses affidés, de l’autre, Sarko, Copé et les brigades identitaires. Le Pen contre Le Pen ! Tout cela pendant 18 mois encore ! Quelle avancée politique en perspective !

Gaffe quand même, monsieur Copé, à ne pas perdre la tête dans ce jeu dangereux où plus malin que vous l’ont jadis abandonnée au pied du billot.

Quittons pour finir cet univers d’interlopes sans imagination et plongeons-nous dans celui, ô combien plus fécond, de l’imaginaire !

twitter.giffacebookicon3.gif

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

25 Commentaires

  1. babelouest

    14 décembre, 2010 à 5:12

    Salut Rodo ! Tu es allé à Sèvres ? Pour ma part, j’ai passé une journée aux Utopiales, çà valait le détour !
    http://www.utopiales.org/

    Ce fut une coupure bien agréable, avant de retomber dans les déclarations politiques dès le lendemain. Combien de fois, on voudrait sortir la machine à baffes ! Et la préparation de ces élections reste sur le cœur, les pires étant ces socialistes (les têtes de Solférino) qui bêtifient sans aller au fond des choses. Eux ont aussi enclenché une machine, celle à perdre.

    En face, contre, tout contre, les autres ont déjà mis en route la leur, celle à nous perdre. Le pas emboité par les vieux retraités, les gens qui se croient encore dans la classe moyenne, les précaires paumés, les racistes, ils sont prêts à aller plus loin encore dans l’aliénation de presque tous.

    Répondre

  2. eileen

    14 décembre, 2010 à 6:09

    Sans imagination…. et pourtant, sous Sarko, tout peut arriver, est maintenu en poste un ministre de l’intérieur condamné pour injures raciales, un ministre de l’intérieur qui commentent une décision de justice qui a condamné des policiers qui avaient commis des faux en écriture pour se discupler en accusant un civil innocent, il ne condamne pas le comportement des policiers mais celui de la magistratutre, faut le faire, un ministre de l’intérieur qui critique météo france pour avoir fait tomber tant de neige, un ministre de l’intérieur qui ignore les bulletins de toute sorte qui ne cessent de montrer des images de la pagaille dans laquelle des automobiles sont bloqués, un ministre de l’intérieur qui nie la réalité, un ministre de l’intérieur qui rejette toutes ses fautes sur l’autre, un ministre de l’intérieur qui ne respecte pas la constitution, pas les institutions… un ministre de l’intérieur totalement incompétent, qui le charisme d’un bigorneau… mort… et vous écrivez « sans imagination »…. personne n’a fait aussi nul que ce ministre de l’intérieur qui devrait démissionné, ou être démissionné, il faut le virer, ce type est un danger ambulant

    Répondre

  3. b.mode

    14 décembre, 2010 à 6:12

    Bien d’accord avec vous Eileen, ce type est la honte incarnée. Mais que voulez-vous c’est l’ami du monarque… et aussi son valet et sans doute son porte parole en loucedé !

    Répondre

  4. b.mode

    14 décembre, 2010 à 6:33

    Version très funk de Machistador en zique du jour avec notamment un extraordinaire solo de basse de la grande Elise Blanchard !

    Répondre

  5. babelouest

    14 décembre, 2010 à 7:40

    A propos du futur vote, une réflexion très désabusée, mais très exacte.
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=18657

    Répondre

  6. clomani

    14 décembre, 2010 à 8:40

    Pour rebondir sur « le vote utile de l’idiot utile » (Dazibaoueb), je suis en tout cas sûre de ne plus voter utile puisque ça a été inutile jusqu’à présent.
    Je n’en peux plus de cette uniformité politique française : rien à dire, rien à faire si ça n’est à continuer d’appauvrir les pauvres, qu’on soit droite/gauche ou milieu, ou extrême droite !
    Un petit peu de légèreté me ferait énormément de bien mais je n’arrive à en trouver nulle part en ce moment.
    Même manger m’emmerde, c’est dire !!!

    Répondre

  7. lediazec

    14 décembre, 2010 à 11:11

    Aujourd’hui, je suis à la ramasse. La faute à deux très grands films que j’ai regardé jusqu’à très tard sur M6 : Gangs of New York de Martin Scorsese. Une merveille ! Son sujet est pile-poil dans l’actualité. Un distribution de tonnerre. Un jeu d’acteurs au talent indiscutable, une histoire et une mise en scène phénoménaux. Ce qu’il faut pour faire d’un bout de pellicule, une oeuvre d’art. Ensuite. Ensuite ce fut au tour du cultissime Usual Suspect. Quand la télé le veut, dieu le peut !
    @ Babel. Merci pour le lien des Utopiales. Je l’ai ajouté à la bafouille.
    @ Eileen et B.mode. Nous sommes d’accord.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. Rémi Begouen

    14 décembre, 2010 à 11:39

    Excellent article, rien à dire !
    Excellente phrase du jour où ‘LUCY FAIR’ s’invite chez Cui-cui ! Allez-y voir, et régalez-vous du commentaire laissé par B-mode !

    Répondre

  9. b.mode

    14 décembre, 2010 à 12:52

    Toujours très bon le cuicui, vieux grigou ! ;)

    Répondre

  10. cui cui fit l'oiseau

    14 décembre, 2010 à 15:40

    Tout ce que dit Lediazec est fort bien écrit, ce qu’a écrit TGB est tristement mais justement dit…

    Je ne sais si vous avez observé, les amis, mais chez nous, l’optimisme n’est pas de mise en ce moment…

    Je prédis une campagne électorale morbide… (Tiens, une idée de billet). Vous lire me rafraîchit l’inspiration ! -DDD

    Amitiés à toutes et à tous.

    Répondre

  11. Rémi Begouen

    14 décembre, 2010 à 16:15

    C’est un peu hors sujet, mais excellent aussi : actuellement de 15 à 16 heures sur F.Inter, le long reportage de Daniel Mermet au Congo (le grand). On peut le réécouter sur le site de la radio, mais mieux, sur http://www.la-bas.org

    Répondre

  12. Hara Kiri

    14 décembre, 2010 à 16:16

    C’est désespérant de constater que même quand Sarkozy est au plus bas dans les sondages, qu’il est de plus en plus décrié, qu’il a de plus en plus d’adversaires qui risqueraient de lui piquer des voies (De Villepin, Borloo), que la France en a marre, on est même pas certain qu’il se cassera la gueule en 2012 à cause d’un PS totalement con formé par des personnes incohérentes qui font passer leurs ambitions personnelles avant celles du parti et celles de la France.
    Du coup, les pires scénarios pourraient arriver dont le pire du pire, un second tour Sarkozy – Marine le Pen qui risquerait d’aboutir comme le face à face Chirac – Le Pen, par une victoire écrasante du candidat de droite.
    Je n’ose même pas imaginer ce que donnerait un Sarkozy fier, se sentant légitime à sa place avec 80 % des votes. Quand on constate ce dont il est déjà capable avec 54 %

    Il faudrait sérieusement que le P.S. se dote d’une tête pensante. Qu’elle idée de sélectionner leur candidat si tard. Comment mettre en place, ensuite, une campagne et un projet en si peu de temps. Puis, les choix qu’on nous propose : DSK, Aubry, Royal, Hollande, Hamont…

    Répondre

  13. b.mode

    14 décembre, 2010 à 17:52

    @cuicui ça sent le suint pour ne pas dire plus ce groupe de blogueurs z’influents invités à l’élysée ! quelle honte !

    Répondre

  14. lediazec

    14 décembre, 2010 à 18:01

    Ah, les amis ! Je ferai tout pour que Mínimus dégage sa valise de tics de l’Elysée ! D’où vient mon pessimisme ? Pas du pays, mais de notre gauche couarde. L’impopularité d’un personnage ne suffit pas pour le faire tomber. Regardons l’Italie et le très dégueulasse Berlusconi, il a encore sauvé sa tête http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/12/14/berlusconi-echappe-a-la-demission-pas-a-la-crise-politique_1453407_3214.html
    Je ne peux pas m’empêcher de voir là une relation de cause à effet. Croisons les doigts et battons-nous.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  15. laetSgo

    14 décembre, 2010 à 18:53

    Message perso/de service

    Salut les copaings ! pas du tout le temps de participer en ce moment (nouveau taf, organisation perso à caler et tout et tout) ni de vous lire (je ne touitte même plus, ou à peine, c’est dire !) et vous me manquez beaucoup beaucoup ! donc ceci est juste un coucou en passant : je ne vous oublie pas et fais mon grand come back dès que je suis posée…en espérant que ça arrive vite, because i’m over the top là !

    Répondre

  16. b.mode

    14 décembre, 2010 à 18:54

    Bisous à toi et content de te relire !

    Répondre

  17. Rémi Begouen

    14 décembre, 2010 à 19:07

    Battons-nous en croisant les doigts, tu sais faire ça ledaziec? bon, ah la rigueur on peut imaginer que cela fera deux poings dans la gueule au lieu d’un seul… c’est pas mal!
    Ce n’est pourtant recommandé par aucune ‘académie des sports de combat’, quelque qu’il soit : on y apprend toujours qu’il faut une position d’attaque et une de défense, en gros et en génral la droite qui attaque et la gauche qui défend… mais il arrive aussi, parfois, un ‘upercut du gauche’ qui gagne !!!

    Répondre

  18. lediazec

    14 décembre, 2010 à 19:40

    @ LaetSgo. Bisous, bisous. Ton message me fait penser à ceux de ma fille : toujours un surbookage sur le dos ! Très heureux de te lire en tout cas. Serre la paluche à ton mec de ma part. et tendresse à tes petiots.
    @ Rémi. Eh oui ! Chez les ruminants on invente !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  19. babelouest

    14 décembre, 2010 à 19:58

    Bisous LaetSgo, reviens-nous vite, ce qui signifiera que tes difficultés seront derrière toi. Passe de bonnes fêtes de fin d’année à peu près calmes, et vive la fastueuse année 2011 qui nous attend (glups).

    Répondre

  20. Laetsgo

    14 décembre, 2010 à 21:13

    Merci Bernard rodo et babel ! Je prends des notes (mentalement) pour un billet sur la condition de salariée nouvelle embauchée – ça va décaper ! A pluches amigos

    Répondre

  21. clarky

    15 décembre, 2010 à 9:40

    je t’embrasse laet et reviens vite, je me sens un peu seul parmi tous ces vieux :)

    concernant 2012 et la possibilité d’en reprendre pour 5 piges, je dois bien avouer sans le moindre état d’âme que je ne voterai socialo que, si et seulement si, il n’est nulement question de royal, sinon je voterai blanc n’en déplaise à tous ceux qui viendraient me dire de voter utile, donc contre l’autre enclume pas plus haut que trois couilles à plat ventre.
    sauf que la royal est une ambitieuse, dangereuse de surcroit, alors je ne me ferai pas biaiser une seconde fois, je préfère encore un dsk qui lui au moins sait de quoi il parle…

    oupela rodo, gangs of new york, le boucher des vanités, grandiose, une fresque violente assez bandante.

    Répondre

  22. Rémi Begouen

    15 décembre, 2010 à 10:41

    Clarky – Pour moi, il n’est pas plus question que je vote au second tour pour DSK, Sego ou Martine !! Ce sera bulletin blanc ou nul comme souvent… Et raison de plus si jamais c’est Marine!

    Répondre

  23. babelouest

    15 décembre, 2010 à 10:45

    Rémi, je te suis à fond pour ce vote. Sauf si c’est Filoche (qui ne se présentera pas), comment peut-on voter socialo ?

    Répondre

  24. clarky

    15 décembre, 2010 à 11:10

    le tour d’horizon reste bien bas, on aura un ténor socialiste au second tour sauf si le syndrome jospin frappe une nouvelle fois.
    les primaires vont ravager un peu plus les esprits, et pour le coup on va véritablement se retrouver en plein gangs of new work.
    royal veut des alliances contre nature et vouées à l’échec, son art du grand écart demande une souplesse qu’elle n’a manifestement pas.
    et puis ce qui me gonfle le plus avec elle, c’est cette fâcheuse tendance de mettre en avant la façon dont elle gère sa région, sauf que la france ne se résume pas à une notion de gestion, avec elle c’est indigestion garantie !

    Répondre

  25. Rémi Begouen

    16 décembre, 2010 à 8:56

    Clarky, Babelouest – Je suis pour cette fois tombé dans ‘le piège’ de croire qu’il y aura ‘élections présidentielles’ en 2012, selon le calendrier. Mais il est possible et surtout souhaitable que le peuple de France foute le bordel avant, par exemple avec une nouvelle campagne encore plus puissante que celle à propos des retraites : ce ne sont pas les occasions de s’indigner et de se révolter qui manquent! En tout cas, c’est en général l’idée que je soutiens : il va y avoir un ‘clash’ terrible, qui forcera le Tsarko et sa basse-cour à déguerpir… puis une nouvelle Constitution mettant fin à cette ‘royauté ripoublicaine’, enfin…

    Répondre

Répondre à lediazec Annuler la réponse.

Consulter aussi

Mauvaises nouvelles de la toile

. Émigrée, émigré… Oui j’ai volontairement mis en premier le terme au féminin,…