( 29 octobre, 2010 )

Alors… Les loups sont entrés dans Paris

« Et si c’était une nuit comme on n’en connut pas depuis 100 000 nuits ?
Une nuit de peur, une nuit de sang, une nuit…
Un chien hurle. Regardez bien gens de Denfert, regardez-le,
sous son manteau de bronze vert, le lion tremble… »

Les hommes avaient perdu le goût
De vivre, et se foutaient de tout.
La télé, la consommation,
Les gens ne pensaient qu’au pognon.
Le ciel redevenait sauvage,
Le béton bouffait l’paysage… alors

Les loups, ououh! ououououh!
Les loups étaient loin de Paris
Berlusconi en Italie,
Madame Thatcher en Angleterre
Les loups étaient loin de Paris
J’aimais ton rire, charmante Elvire
Les loups étaient loin de Paris.

Mais ça fait cinquante lieues
Dans une nuit à queue leu leu
Dès que ça flaire du pognon
Des plans de retraite en actions
Dès que la peur hante les rues
Les loups s’en viennent la nuit venue… alors

Les loups, ououh! ououououh!
Les loups ont regardé vers Paris
D’Angleterre, des Etats-Unis
Les loups ont regardé vers Paris
Tu peux sourire, charmante Elvire
Les loups regardent vers Paris.

Et v’là qu’il y eut une dépression
Avec des chômeurs par millions
Les ouvriers filaient tout droit
De l’usine jusqu’au Pôle Emploi
Et personne n’osait plus le soir
Sortir flâner sur les boulevards… alors

Un loup ououh! ououououh!
Un loup est entré dans Paris
C’était un jeune loup de Hongrie
Nommé Nicolas Sarkozy
Ah tu peux rire, charmante Elvire
Un loup est entré dans Paris.

Lire la suite…

( 11 septembre, 2010 )

11 septembre : du terrorisme islamiste au terrorisme intellectuel

11 septembre : du terrorisme islamiste au terrorisme intellectuel dans Politique 11septembre9 ans après l’attentat du 11 septembre qui eut pour effet de déclencher les guerres américaines en Afghanistan et en Irak, une chape de plomb s’est abattue sur cet événement majeur de début du XXIème siècle. Le 11 septembre 2001 est devenu dans la presse et la classe politique un tabou majeur.

Tous ceux qui se sont risqués à en parler ont été obligés de faire amende honorable devant les médias et de se repentir publiquement. Thierry Meyssan, qui a été le premier à lancer la polémique, fut même obligé de quitter la France car sa vie était menacée.

Je ne me m’étendrai pas ici sur le fond de l’affaire, je vous renvoie pour cela à l’excellent site 911 reopen.info

Je voudrais revenir plutôt sur l’étrange silence qui entoure cet évènement, et l’impossibilité de tout débat public autour de ce qui s’est passé. Au niveau symbolique, dans l’establishment médiatique, la destruction des tours jumelles a atteint le niveau de la Shoah. Remettre en cause la version de la commission chargée de l’enquête sur le 11 septembre diligentée par l’équipe Bush revient à contester les crimes nazis. On a entendu voler les mots de « négationnistes », qui ont pourtant un sens bien précis, et pour être allé jadis assister au procès du révisionniste Roque à Nantes, dont les écrits contestant l’existence des chambres à gaz se basaient sur les écrits d’un officier SS, je sais de quoi je parle.

Le fait de mettre en parallèle les révisionnistes nazis et ceux qui remettent en cause la version officielle des évènements qui se sont déroulés le 11 septembre 2001 Aux Etats-Unis relève du terrorisme intellectuel. Le seul objectif est de tétaniser les gens, d’échapper à toute amorce de débat. C’est le bazooka médiatique.

Car la Shoah a été abondamment documentée. Il y a des témoins, des photos, des vestiges, des travaux d’historiens, des films qui ont été faits sur la Shoah. Tout le monde peut voir ces documents, tout le monde peut enquêter librement sur ce qui s’est passé là-bas. Il y a une reconnaissance officielle de ce qui s’est passé. C’est pour cela qu’il est insupportable que l’on remette en question la Shoah. Quelle personne de bonne foi peut encore douter de son existence ?

Lire la suite…

( 11 août, 2010 )

Fascisme 2.0 : encore un effort !

faschisme20e.jpgDans un article intitulé « fascisme 2.0 », je racontais l’année dernière les opérations en cours en divers points de la planète pour nous faire passer de la démocratie à la dictature, sous la coupe des industriels et des banquiers, et quelques-unes des méthodes utilisées.

Il est intéressant de constater, au vu du dernier discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble, que j’étais bien dans le ton. Définir des « Français » et des « Français d’origine étrangère », voilà longtemps que personne n’avait eu une idée de ce genre dans ce pays, très précisément depuis le régime de Pétain. Il ne reste plus maintenant qu’à mettre une mention « métèque » sur leur carte d’identité, ou leur coller une étoile jaune sur la poitrine ?

On entend actuellement beaucoup de gens à gauche relativiser ce discours extrémiste en dénonçant la tactique de Sarkozy qui lâche ce pet idéologique pour qu’on arrête de parler de l’affaire Bettencourt-Woerth, laquelle commençait à lui mettre le feu. Il n’y a guère de réponse sur le fond, de peur de se laisser entraîner dans la polémique.

On sous-entend que Sarkozy n’est pas plus aujourd’hui d’extrême-droite qu’il n’était hier « Grenelle de l’environnement », et qu’au bout du compte, il se contentera dans ce domaine comme dans les autres, de paroles, son seul objectif étant de draguer les électeurs du Front National. Je n’en suis pas aussi sûr.

Il est clair que Sarkozy se rapproche de l’extrême-droite non pas par idéologie (il n’a qu’une idéologie, celle de l’argent) mais par pragmatisme. Comme beaucoup l’ont souligné, il a peur d’un 21 avril à l’envers, et de ne pas arriver au second tour. Mais on peut pousser le raisonnement et se demander ce qui va se passer au second tour. Car il n’est pas sûr non plus de le gagner cette fois, et les derniers sondages indiquent paraît-il que si les élections avaient lieu aujourd’hui, il perdrait même contre Martine Aubry. Quoi qu’on pense des sondages, le risque est réel.

Alors que va-t-il se passer d’après vous ? J’espère me tromper, mais je parierais qu’après avoir poussé les feux le plus loin possible à l’extrême-droite, il finira par s’allier avec le Front National pour gouverner, s’il voit que ses chances de gagner seul ne sont pas suffisantes. Sarkozy ne renoncera pas au pouvoir, quel que soit le prix à payer, et les électeurs du Front National savent que quel que soit le score de Marine Le Pen, elle ne peut pas être élue présidente de la république. Par contre, en votant Sarko dans le cadre d’une alliance, ils sont sûrs d’avoir des membres du front au gouvernement, et des députés à l’assemblée. Marine premier ministre ? Impensable, me direz-vous ? Regardez donc ce qui s’est passé en Italie avec Berlusconi, l’avatar transalpin de Sarko, et son alliance avec le néo-fasciste Gianfranco Fini. Bien que la romance semble toucher à sa fin, elle a bien fonctionné pendant 20 ans. Avez-vous jamais entendu Sarkozy dire qu’il ne s’allierait jamais au FN ? Non, il n’a jamais dit une chose pareille. Il n’a jamais dit le contraire non plus, pas fou. Comme à chaque élection nationale depuis 20 ans, la gauche va se faire rouler dans la farine suite à un coup de théâtre au dernier moment, et la présidence lui échappera encore. Il ne restera plus, comme d’habitude, qu’à s’indigner et manifester dans la rue, mais il sera trop tard ! Vraiment, quelle malchance n’est-ce pas ?

Lire la suite…

( 25 juin, 2010 )

Les (gros) mots pour le dire : la France pue !

baconstudy1953.jpgAprès l’époque des « petites phrases » Sarkozy a inauguré celle des gros mots, avec son célèbre « casse-toi pauv’con ». Il est vrai qu’à défaut de politesse, la bonne éducation (nationale) ne fait pas partie non plus des priorités de la présidence actuelle, ni même de ses objectifs. « Travailler plus pour penser moins » serait sans doute plus proche de la doctrine objective de Sarkozy, à ce détail près qu’il n’y a jamais eu autant de chômage. Même dans le pire, Sarkozy n’atteindra jamais l’envergure du méchant de tragédie, juste le grotesque du bouffon shakespearien, au milieu d’un royaume du Danemark en proie à la corruption généralisée. La « corruption » au sens premier du terme c’est la pourriture. Il y a bien quelque chose de pourri dans le royaume de France. La France pue. Elle pue la vulgarité, la bêtise et la cupidité de ses élites.

A défaut de se hisser au niveau de la fonction présidentielle, Sarkozy l’a rabaissée jusqu’au sien: celui d’un petit caïd de banlieue, qui a obtenu du galon en faisant ses classes chez Pasqua.

Mais l’habit ne fait pas le moine, et, comme pour les piteux joueurs de l’équipe de France, Nicolas Sarkozy apprend à ses dépends que le respect ne se décrète pas, il se mérite. Il essaie donc maintenant d’obtenir par la force ce qu’il n’a pas pu obtenir autrement.

Avec le limogeage de Guillon et Porte de France Inter, nous avons ainsi franchi une nouvelle étape et nous assistons maintenant au rétablissement de la censure et du délit d’outrage, en attendant peut-être une loi en bonne et due forme sur le sujet. La forme, à défaut du fond, la lettre plutôt que l’esprit. Le mensonge érigé en système.

Lire la suite…

( 23 juin, 2010 )

La morale sportive est soluble dans l’argent

wc2010edf.jpgLa pathétique épopée de l’edf en Afrique du sud nous rappelle une fois de plus que l’argent est en train de finir de dissoudre ce qui restait de cohésion et de valeurs morales dans la société dans laquelle nous vivons.

On commence à entendre des voix qui se lèvent en disant qu’on va laver le linge sale en France, et qu’ensuite, une nouvelle organisation de la fédération redonnera au foot ses lettres de noblesse et la dignité que lui accordent les amateurs.

En fait, sans être devin on peut prédire que cela ne changera rien. Car le problème aujourd’hui c’est que les joueurs ont d’autres chats à fouetter que de jouer pour l’équipe de France. Ils gèrent leur carrière, et l’unique chose qui compte c’est le pognon, point barre.

Quelle importance que des centaines de milliers de jeunes courent tous les dimanches sur les stades, encadrés par des milliers de bénévoles? Le système marchand corrompt les meilleurs, puisque ce sont eux qui ont une valeur marchande, et c’est tout le système qui est corrompu, parce que les autres ont alors envie de profiter du gâteau eux aussi.

Les « valeurs du sport » sont une fable pour les enfants. Dès que les choses sérieuses commencent, la sportivité et le baratin restent au vestiaire, et c’est le carnet de chèque qui parle. On peut le regretter, mais certainement pas changer les choses, puisque ce sont les fantastiques sommes générées par ce business qui font tourner tout le système sportif, fédération et journalistes compris.

Qui peut croire qu’il y aurait d’un côté un sport « éthique » qui rassemblerait 95% des pratiquants et de l’autre 5% de brebis galeuses qui ne feraient du sport que pour l’argent ? Quelle blague ! Lequel d’entre ces gamins qui courent tous les dimanches refuserait un contrat dans un grand club ? Pas un seul. S’ils ne jouent pas dans un grand club pour des sommes pharamineuses c’est parce que personne ne leur a proposé ! Parce qu’ils n’ont pas le niveau. Seuls une infime minorité palpent, mais ce sont les plus doués, ceux que tout le monde envie !

Lire la suite…

12345...9
Page Suivante »
|