( 15 décembre, 2010 )

La Santé ne serait-elle plus qu’une prison ?

brevitudes2.gif

Vous connaissez la dernière ? Eh bien, la dernière de la classe, c’est Roselyne. Étonnant, non ? Pas tellement, on avait eu l’occasion d’entendre parler de ses frasques à propos de certaines grippes. Qui, soit dit en passant, ont multiplié par sept les fausses couches chez les femmes enceintes vaccinées. Un détail.

La ministre fait mieux cette fois. Par département, en raison de restrictions budgétaires ne pourrons subsister qu’un ou deux labos d’analyse de sang, qui devront avoir des habilitations spéciales (même si désormais le patron des dits labos ne sera plus nécessairement un médecin biologiste, paradoxe).

sant.jpgCes labos accréditeront à leur tour des infirmières attachées à ces labos-là, même si elles sont libérales. Ils devront s’équiper à grands frais de nouvelles machines afin de baisser le nombre de personnels, pour faire (?) des économies. En effet les taux de remboursement vont baisser sur ces prestations. Et toc !

Des conséquences ? Il ne sera plus possible de faire des prélèvements à domicile. Prévoir soit de se déplacer (plus loin, puisqu’il y aura moins de labos), soit pour les grands malades de se faire hospitaliser dans un grand hôpital (faute de moyens, les petits ne pourront plus faire les prélèvements, oui oui, oui !). Rien que pour faire des économies, je vous dis !

Autre conséquence, les infirmières stagiaires, remplaçantes, etc… ne seront plus agréées puisque chaque infi sera autorisée par un labo particulier. En urgence, et faute de personnes autorisées, on ne prélèvera pas, c’est simple.

Qui financera ces nouveaux matériels ? Pas de problème, le bon vieux biologiste du coin ne pourra pas, et devra fermer sa boutique. Ce sont des groupes comme la Générale de Santé qui achèteront les labos bien placés, comme cela se passe déjà pour les cliniques. Qui sera content ?

Aux dernières nouvelles, il est aussi prévu de baisser les remboursements des radiographies. Il sera judicieux de prévoir le même scénario dans un proche avenir, quand on voudra se faire photographier les intestins ou les os du petit doigt.

twitter.giffacebookicon3.gif

 

( 27 septembre, 2010 )

Gangrène française… La Sarkoïdose !

grangrene.jpgDernièrement le Docteur PELLOUX, médecin-urgentiste-combattant a une fois de plus dénoncé la maladie des services de santé de l’Île de France. Il n’a pas inventé ni découvert une nouvelle infection, il n’a fait que constater les ravages de cette nouvelle plaie : LA SARKOÏDOSE. La maladie a atteint même ceux qui devaient la combattre, ceux-là même qui brandissaient leur lettre de démission  » LES ÉLITES DE LA MÉDECINE » …

Souvenez-vous (je cite Pelloux) l’année dernière, de la mobilisation des sommités médicales contre la loi Bachelot et le plan de suppression de 4.000 emplois dans les hôpitaux de Paris. Et le Président de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP/HP), le Professeur CORIAT, menaçant de démissionner “si ce plan passe”. Mais, entre-temps, tous ces dignitaires sont allés petit-déjeuner et manger des tartines à l’Elysée, l’UMP voulant coûte que coûte garder le vote de ces docteurs. Au mois de juin dernier, pour la première fois depuis 150 ans, les médecins ont fait enlever la présidence du Conseil d’Administration – devenu Conseil de Surveillance – de l’AP/HP au Maire de Paris pour la donner à un proche de  Sarkozy.

Coût final, la semaine dernière, ce Conseil de Surveillance, acquis au néo-libéralisme grâce à la nomination par l’UMP de “personnes qualifiées”, a voté le plan d’économies.

Aucun professeur n’a démissionné. En guise de faire-part de décès, le renvoi du Directeur Général de l’AP/HP qui va être remplacé par la Directrice du TGV à la SNCF ! … (…) Ne cherchez pas les fossoyeurs de l’AP/HP, ils sont PROFESSEURS !!!  (fin de citation)

L’AP/HP est un Établissement Public de la Ville de Paris. Il exerce son rôle de Centre Hospitalier Régional sur Paris et l’Île de France, soit une population de plus de 12 millions d’habitants. Il a été crée en 1849. En chiffres, cela donne : 37 hôpitaux, 71.800 agents (dont 16.700 infirmiers), 20.660 médecins, 22.474 lits et 1.681 places de jour, 350 lits de réanimation et soins intensifs, 1 million de prises en charge en court séjour par an, 4.686 millions de consultations par an, 1 million d’urgences par an. Le budget prévisionnel 2008 était de 6,5 milliards d’euros (un prévisionnel est toujours un prévisionnel, il est fait pratiquement pour être dépassé, c’est le système comptable français qui le veut), ce qui fait que l’AP/HP est toujours en déficit, un peu comme le gouvernement qui prévoit une augmentation du PIB de 4 à 5% pour péniblement en réaliser 1,5.

Sa gouvernance est assurée par :

- Un Directoire composite à la fois politique et médical, soit 1 Directeur Général, 3 vice-présidents (3 professeurs dont le Pr CORIAT), le Président de la commission centrale de soins infirmiers, 4 membres nommés par le Directeur Général (dont 2 professeurs, le Directeur des ressources humaines, le directeur des finances).

- Un Conseil de Surveillance articulé en 3 collèges de 5 membres chacun : le collège des représentants des collectivités territoriales, le collège des représentants du personnel et le collège des personnalités qualifiées.

Dans le collège des représentants des collectivités territoriales (bailleurs de l’AP/HP), on trouve 3 élus PS et 2 élus UMP (dont François KOSCIUSKO-MORISET, Maire de Sèvres).

Dans le collège des représentants du personnel, tous les syndicats hospitaliers sont représentés (CSIRMT -CME-SUD- CGT).

Lire la suite…

( 21 septembre, 2010 )

Dîtes… Dengue… Donc !

moustique31.pngDepuis le mois de décembre 2009 une épidémie de “Dengue” (fièvre rouge, grippe tropicale, petit palu) ravage la Martinique et la Guadeloupe, provoquant 18 décès.

On a recensé depuis cette date 36.000 cas en Martinique et 29.000 en Guadeloupe et 18 décès.

Au niveau mondial, la dengue progresse de façon spectaculaire . Environ les 2/5° de la population mondiale est exposée au risque. Selon l’OMS il pourrait y avoir chaque année dans le monde 50 millions de cas.

Le nombre de personnes atteintes allant crescendo, les autorités s’inquiètent et prodiguent force recommandations à la population : vider les eaux retenues dans les bacs sous les pots de fleurs, vérifier tous les endroits où l’eau pourrait stagner et fournir ainsi un réservoir à la ponte des femelles moustiques … comme il pleut pratiquement tous les jours (c’est la saison), c’est un exercice quotidien de surveillance à effectuer, également dormir sous des moustiquaires et s’enduire de produits révulsifs (renouvelables toutes les 4 heures). Pas facile la vie sous le soleil des Antilles !

Malgré toutes ces précautions qui détruira les lieux de nidification sauvages que sont les décharges à l’air libre.  Ne fussent que les dépôts de vieux pneus usagés qui trainent à 100 mêtres d’une cité près des docks, sans oublier les “largages d’encombrants” dans la nature, un vieux frigo se remplit d’eau et devient une vraie piscine pour les larves de moustiques. Les îles sont parsemées de dépôts sauvages comme partout.

Lire la suite…

( 29 avril, 2009 )

La pandémie de langue de bois menace !

pandemie02.jpg
Comme dans toutes les situations de crise, le déferlement de mauvaises nouvelles actuelles donne lieu à des fulgurances sémantiques de la part de nos chers dirigeants. En Californie, comme le rapporte le site du journal 20 minutes, Arnold Schwarzenegger a proclamé l’état d’urgence, «bien qu’il n’y ait pas de raison de s’alarmer». Celle-là il fallait la trouver. C’est vrai qu’avec de pareilles déclarations si on ne meurt pas de la grippe porcine, on risque de mourir de rire.

Alors qu’hier je m’apprêtais à titrer ce billet sur le syndrome du nuage de Tchernobyl (qui comme chacun sait a évité la France) qui aurait muté avec la fièvre porcine, on apprenait que la France compterait « une vingtaine de cas suspects ». Une phrase lâchée sans plus de détails par les journalistes, et reprise ce matin sans précisions supplémentaires.

Lire la suite…

( 28 avril, 2009 )

La grippe porcine, une solution élégante pour réduire le chômage des jeunes ?

porc02.jpg

Une bien étrange grippe porcine à vrai dire, qui n’a pas tué pour l’instant un seul cochon mais déjà plus de 150 Mexicains. Mais les scientifiques nous expliqueront certainement pourquoi un jour, ainsi qu’en quelles circonstances un volatile asiatique s’est retrouvé en contact avec un cochon mexicain et deux êtres humains européens – à moins que ce ne soit le contraire – atteints chacun d’un mal différent, pour faire à eux tous un nouveau virus. Notre Pangloss national n’aurait pas manqué d’ajouter qu’il n’y a pas d’effet sans cause, et que l’homme est donc nécessairement devenu un porc pour mourir de la grippe porcine. Mais qu’importe.

grippeporcine02.jpgQue ce virus soit descendu du ciel ou d’une éprouvette, on ne peut manquer de louer ses vertus. En effet, contrairement à l’habitude, ce virus s’attaque aux personnes jeunes et en bonne santé au lieu de liquider de préférence  les personnes âgées ou les enfants en bas-âge. On ne peut qu’applaudir à un pareil talent, car quel est notre problème en France, je vous le demande ? Notre problème, le gouvernement n’arrête pas de le répéter c’est le chômage des jeunes. Nous avons donc bien raison de ne pas nous préoccuper de couper les voies aériennes avec les Etats-Unis et le Mexique, voire même nous pourrions importer quelques Mexicains infectés, de façon à ce que l’épidémie démarre plus vite chez nous.

Lire la suite…

|