( 22 août, 2008 )

Les oreilles de Mickey servent à purger le moteur !

mickey.jpgMonsieur Le président,

Le matin, quand je me lève, en ouvrant la « boutique », comme on dit, entre une cafetière qui ronronne et une aube terne, je prends la direction de mon jardin (j’ai la chance d’en avoir un) pour aller gerber je ne sais quel miasme. Le jour commence à trembloter et moi avec.

Le matin, quand je me lève, le film de ma nuit a souvent le visage de vos mensonges de la veille au journal télévisé. Ma journée, je le sens, ne va pas être drôle.

Pourtant, avec mes amis de bordée, la France qui bosse sans le savoir, une seule envie : rire, sourire, m’amuser, en ayant la certitude de gagner notre journée en travaillant une semaine durant. La chose devenant rare, voire très rare, on flippe. Vous comprenez ? Croyez-moi, nous ne sommes ni fainéants, ni magouilleurs, ni, non plus, des professionnels de l’arnaque aux Assedic ou à la sécu, comme vous le déclamez assez souvent à l’adresse de ceux qui vous soutiennent, au détriment de ceux que vous prenez pour des imbéciles et dont certains ont eu la faiblesse de voter pour vous.

Le soir venu, dans notre bistrot habituel, à l’heure où le crépuscule laisse deviner ses contours, nous buvons le verre, allons tirer une bonne bouffée de cigarette devant la porte, on devise sur le foot, les JO, la politique…, en songeant aux lois stupides et anti-sociales que vos directives ont instaurées. Nous regardons le tracé des nuages, la ligne d’horizon dessinant sa courbe droite pour le bonheur des yeux. On évoque la météo et les prévisions, souvent mauvaises. Savez-vous ce que c’est qu’une courbe droite ? Bien sûr. Dans le yacht de votre ami le milliardaire (Vincent, c’est ça ?), vous en avez eu loisir et profit pour l’observer, n’est-ce pas. Mais je doute fort que vous possédiez un oeil de poète. Qu’est-ce le plaisir manant à côté du vôtre, monsieur le Président ? Quel écho son bonheur ou sa détresse vous inspire-t-il ?

Vous parlez beaucoup et fort. Assez souvent, vous tapez du poing sur le pupitre. Il vous arrive même d’inviter le quidam à descendre dans l’arène. Quel homme ! Je garde souvenance d’avoir refusé le combat quand la force m’était supérieure alors que lâche, point je ne suis, monsieur le Président.

morin.jpgDix soldats sont morts là-bas. Morts pourquoi ? Pour qui ? Pour la France ? Je l’avoue, j’ai eu honte en regardant l’hommage télévisé rendu à nos soldats dans l’antre de l’armée, de l’état et de la télévision. Peu importe si ces jeunes avaient été formatés pour aller taper du civil ou du militaire. Pour défendre tout et n’importe quoi au nom de n’importe quel obscur dessein. Me battre pour mon pays ne me fait pas peur, bien que la guerre ne soit que la priorité de quelques malades. D’autres avant moi l’ont faite. Contre l’occupant. Contre l’holocauste. Pour la liberté. Monsieur Charles de Gaulle, omnipotent à son époque, avait invité à sa table, sans distinction d’idéologie, tous ceux qui avaient risqué leur peau, dans le maquis ou sur le pavé. Sans avoir toujours raison, le Grand Charles était aussi Grand homme. Il savait lire et écrire et pouvait à l’occasion être homme de théâtre. Mais jamais la France n’a eu à s’en plaindre quand ça chauffait pour elle. Bien sûr, l’état UDR qu’il avait instauré avait fini par agacer, le pousser vers la sortie, vers une Irlande mélancolique, mais cela est une autre histoire. Quand je l’évoque, je songe à la dimension, vous vous en doutez, monsieur le Président.

Mais je ne crois pas, voyez-vous, à votre émotion de pacotille. A la présentation tout en ergot de votre politique. Je ne crois pas que la France fasse partie des préoccupations qui vous animent, monsieur Le Président. Ou alors, il s’agit d’une France que la France ne reconnaît plus. Vous fréquentez une maison dont les précédents locataires partageaient le même dénominateur commun : la France, précisément. Des hommes pour qui le pays passait avant l’idéologie. Des hommes qui avaient de la fonction le respect et la dignité. De cela vous n’en avez cure. Vous, ce qui vous intéresse, c’est d’aller ramper aux pieds de plus puissant que vous et de vous frotter les mains en douce, à la manière du frustré qui vous habite, en admirant leur firmament.

Vous avez été élu au suffrage universel par une partie de l’électorat et, démocratiquement, vous occupez une fonction qui engage toute la nation. Vous êtes donc le Président de tous les français. Or votre comportement prouve tout le contraire.

Je ne vous tiendrai pas pour responsable de la crise économique et culturelle qui frappe le pays et le monde, elle était là avant votre arrivée au pouvoir et sans doute après. En revanche, je vous accuse de vous en être servi pour faire aboutir votre plan de carrière. De conduire une politique basée sur le privilège des puissants devant lesquels vous aplatissez les intérêts du pays qui vous a élu pour le représenter. Une politique de roquet, ne sortant de sa niche que pour aboyer à la tête de ceux que vous méprisez parce qu’ils n’ont pas l’heur d’être nés ni au bon endroit ni au bon moment.

Toute chose ayant un prix et parfois des intérêts et des majorations de retard, méfiez-vous de ne pas vous réveiller, peut-être plus tôt que prévu, avec la migraine du vaincu, attifé de la couronne du ridicule.

Paix aux soldats morts pour rien, là-bas en Afghanistan et à ceux qui ne tarderont pas à mourir, là-bas ou ailleurs, à cause de la bêtise d’un homme dont la médiocrité fait état !

18 Commentaires à “ Les oreilles de Mickey servent à purger le moteur ! ” »

  1. ruminances dit :

    Eh bien breton, en voilà un de rhabillé pour l’hiver ! Le petit homme ne semble pas trouver grâce à tes yeux, me trompe-je ? :)

  2. lediazec dit :

    Effectivement. Le bonhomme est la représentation physique de tout ce que je déteste. Voir son image dans le fenestron me donne des boutons !

  3. lediazec dit :

    Rachida Dati serait enceinte. Le gros piège ! Vive la rentrée pipeau-pipol !

  4. ruminances dit :

    De qui, du juge Halphen ? :)

  5. clarky dit :

    on a le président qu’on mérite, j’ai passé personnellement le stade de la guerre des boutons en le voyant, depuis hier et son apparition mystique mise en scène devant les familles décomposées par le chagrin, c’est carrément des cramps d’estomac que je me cogne.

    dati enceinte, tain vu ses rapports les membres de la magistrature, ça ne m’étonne pas qu’elle leur ait fait un enfant dans le dos !!

  6. lediazec dit :

    Pas moi. Je n’ai pas passé le stade des boutons. Pas encore. Ni jamais ! La France s’est pris un petit facho comme Président et ça, ça donne des petits boutons. On appelle ça en terme médical : une très grosse irritation ! Ca fout les boules !

  7. ruminances dit :

    Dommage pour la rachida. A un poil de cul près, elle eut pu accoucher d’un héritier de la couronne. Après l’intermède Jean Sans Peur… :)

  8. clarky dit :

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/08/22/radios-et-presse-s-inquietent-de-la-nouvelle-donne-publicitaire_1086744_3234.html#xtor=RSS-3208

    oh pute vierge, lolo ferrari va pouvoir inviter le châtelain autant qu’elle veut vu le cadeau fait…
    erf, j’espère que l’agitée du 20 heures saura servir au mieux la soupe élyséenne.

    en plus on va perdre au havre…

  9. lediazec dit :

    Parle pas de malheur, clarky ! Perdre au Havre, je n’y crois pas. Ce n’est plus Emon qui dirige l’équipe et puis Cissé est parti…

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

  10. ruminances dit :

    Clair que la télé de maçons va pouvoir ériger une statue à Nico 1er. Nous, pendant ce temps-là, on aura juste le droit de couler un bronze…

  11. lediazec dit :

    Il est écrit qu’à force, sous la rue le pavé ! Même ceux qui ne sont pas pour ce genre de procédé finiront par y venir.
    Sarko, premier révolutionnaire de l’hexagone et premier sous Berlusconi local. Tout un programme.
    Ca finira par péter et nous entendrons dans la rue des cris qui feront peur, genre : « Viva la Anarquia ! »; « Viva el Comunismo Libertario »

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

  12. ruminances dit :

    Erby a ajouté sa pierre à l’édifice ! :)

  13. lediazec dit :

    J’ai vu et je suis tout ému. Merci !

  14. clarky dit :

    révélateur le pouffement de nicolaï le terrible, les évènements lui auraient-il fait perdre la kaboul au sieur en culotte courte.

  15. ruminances dit :

    Sauf ton respect, il l’a perdu depuis des lustres. Au Guilvinec plus ultra , au salon de l’Agriculture club, au G huitres, sur le plateau de fruits de mer d’FR3… :)

  16. Gonzague dit :

    Il ne peut décemment pas tenir 4 ans à l’esbrouffe. La torpeur du peuple a ses limites !

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|