Accueil Politique Le droit est un devoir citoyen

Le droit est un devoir citoyen

63
0
357

erbyretired.jpgLes manifestants sont de plus en plus nombreux. Les chiffres de plus en plus minuscules. Pourquoi nier cette évidence en traficotant le nombre, ramenant l’ensemble à des proportions dérisoires, allant jusqu’à provoquer des scandales comme celui dénoncé par des policiers marseillais ? Une seule réponse : le gnome n’aime pas tout ce qui peut le dépasser en taille. N’oublions pas sa visite  dans une usine normande où le personnel choisi pour apparaître à l’image ne devait pas être plus haut que Minimus. Son cas, sans être exceptionnel, fait école chez les psys.

Dans la rue les citoyens le savent et finissent par s’en amuser : la grandeur lui fait défaut ! Qu’on ne s’y méprenne pas, ce n’est pas de taille dont il s’agit ici, mais de hauteur d’esprit.

Dans les cortèges, les citoyens sont calmes. Étrangement calmes. De manifestation en manifestation la détermination grandit. Plus le nombre augmente,  plus la conviction décuple. A croire que le bon droit les pousse à redoubler de volonté.

Une ligne directrice guide leurs pas : la justice sociale. Comme si une voix venue des profondeurs des consciences éclairait soudain l’étendue  de l’arnaque dont nous faisons l’objet. Une loi faite par les riches et pour les riches.

Aucune trace de violence n’est à signaler. Aucun débordement pouvant être utilisé par le gouvernement pour  discréditer le mouvement en manipulant l’opinion n’est à dénoncer. Tout est propre. Comme si, responsable, conscient de son droit, le citoyen cherchait à prouver que s’il est dans la rue c’est par la volonté de Nicolas Sarkozy. Celui-là même qui fanfaronnait devant des séides prosternés, hissé sur son petit tabouret, lâchant d’un ton sarcastique : «aujourd’hui quand il y a une grève en France personne ne le remarque.» Qu’en pense-t-il maintenant ?…

Les grèves s’amplifient. Nous savons le nombre et la volonté de chacun. Aucune frime cependant. L’événement est important et la confiance gagne les rangs. Ce sera difficile de faire plier le malade qui nous gouverne, mais chacun fournit l’effort qu’il doit.

Entre deux sons de vuvuzelas et quelques formules bien senties,  chacun  ricane avec les chiffres. Ainsi cette vieille dame :

«Combien sommes-nous aujourd’hui ?…»

«Trois cent !» s’amuse à crier le voisin de cortège. On s’esclaffe !

Derrière, les jeunes donnent de la voix. Cela fait du bien de les entendre.

«Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère !…»

Plus loin, des vieux refrains sont pastichés. Sur l’air de «Il était un petit navire», on épingle «il était un petit bonhomme qui ne savait pas, pas gouverner…»

Dans la foule bigarrée on sent bien le rejet d’une politique sociale d’où les plus pauvres sont poussés vers l’exclusion.

La dignité est dans le camp des manifestants, n’en déplaise à ceux qui proclament que le «peuple est fou à lier». Pourquoi est-il fou ? Parce que respectueusement, mais avec fermeté, il demande, non pas la révolution – rassurez-vous messieurs les conservateurs ! – mais un peu plus d’équilibre dans l’équité ?… Où est la folie ?…

solidarite.jpgSi demain il y a dérive – radicalisation du mouvement – ce ne sera pas le fait de cette foule avec laquelle je partage le bitume. Qu’on ne vienne pas nous chanter, comme cela est le cas avec l’entrée en lice des lycéens, que cela est  l’œuvre de mercenaires de la politique cherchant à déstabiliser  la démocratie. Il n’y a qu’un responsable à cela : Nicolas Sarkozy !

En attendant samedi, un seul mot : on ne lâche rien, le droit est un devoir citoyen.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

63 Commentaires

  1. b.mode

    14 octobre, 2010 à 16:57

    Goux en explorateur en chef au pays des ruminants nous livrant ses réflexions anthropologiques sur les dinosaures, c’est assez drôle.
    Ce qui est plus drôle encore, c’est la cohorte de laudateurs et de lèche-burnes qui rivilisent de superlatifs et d’indignation dans leur commentaire suite au billet du gourou,guettant la moindre petite réponse bienveillante du maître à leur égard… ce qui leur permettra de finir la fin de la journée un peu moins seul !
    On en redemande !!! ;)

    Répondre

  2. clarky

    14 octobre, 2010 à 17:19

    hein ??!!?? quoi ??!!?? qui en redemande ??!!?? :)

    t’as vu un peu ça mon bernard, ça me rappelle un truc mais j’ose pas m’épancher de peur de me casser la gueule ;)

    y’a même tzatza, je crois, qui trouve les blogs de gauche de plus en plus minables, je dois bien avouer que certains le sont, mais que dire de ceux d’en face alors :)

    qui disait qu’on pouvait boire un coup, genre whisky mac machin (désolé j’aime pas cet alcool là), avec n’importe qui ??!!?? z’êtes fous ou bien, comme j’ai coutume de dire, y’a des mecs à qui t’as surtout envie de mettre un coup plutôt de lui en payer un !!! suivez mon regard hagard…

    Répondre

  3. b.mode

    14 octobre, 2010 à 17:27

    « ça me rappelle un truc mais j’ose pas m’épancher de peur de me casser la gueule »
    Pareil, ils en sont réduits à sucer le mâle dominant pour exister… ILS carburent à l’opiOM ou au thé dansant ?

    Répondre

  4. clarky

    14 octobre, 2010 à 17:43

    oupela, ça file du mauvais coton sur rumi, voilà maintenant qu’on parle de sucer un mâle, je te rappelle que je ne me suis spécialisé que dans le suçage de pêche, abricot, bonbon, à mes heures j’aime me transformer en speléo et découvrir de nouvelles grottes, mais là c’est moi qui les inonde !

    au thé d’encens ouais, certains doivent la fumer cette résine d’aromatique pour être aussi drolatiques.
    ôtez dans cent, putain faut un « s » ou pas, j’attends l’autre savant de la langue de molière venir balancer son petit baratin pédant :)

    Répondre

  5. clomani

    14 octobre, 2010 à 19:18

    l’aWoerthon est au Grand Journal sur Canal + ! Je gage qu’il n’aura aucune question insidieuse sur son amitié avec l’homme d’affaire de Liliane, ses problèmes de caisse lorsqu’il empochait pour l’UMP et toussa…
    Pour l’instant, il ne cesse de répéter que c’est un dur labeur, cette réforme, et qu’elle passera. Qu’il est ministre du travail et que c’est lui qui l’a faite, qu’il n’est pas facteur (comme l’a accusé Chérèque hier), mais qu’il a un rôle à jouer.
    Là j’ai zappé parce que pas la peine de continuer dans la langue de bois…

    Répondre

  6. clomani

    14 octobre, 2010 à 19:39

    J’y suis retournée (je sais, je suis maso) et qu’ouis-je ? Que l’extrême gauche, c’est exactement pareil que l’extrême-droite ! Tout ça pour justifier que l’UMP favorise le racisme et qu’un mec des environs de Béziers, adepte de l’autodéfense, ait tiré à bout portant sur deux jeunes filles, une Bulgare et une Serbe, qui avaient pénétré chez lui… lequel vient d’être libéré par la justice française après 70 jours de taule !
    Ben crotte alors ! Voilà que Marine Le Pen et Besancenot, même combat pour Woerth…
    Quelqu’un pourrait-il lui proposer de lui faire une petite formation politique afin qu’il soit capable de discerner un gauchiste d’un fasciste ?
    Et personne en face pour l’interrompre… il a déblatéré tranquillement son discours pour finir en « justifiant » l’autodéfense !
    Ce mec est ou fou, ou nul, mais il est malhonnête, mais ça on le savait !

    Répondre

  7. babelouest

    14 octobre, 2010 à 19:47

    Voilà. Je viens sur Dazi de lancer mon truc dont je suis seul responsable en cas de casse. Un commentaire à une dépêche AFP.

    Comme on pouvait le craindre, effectivement, malgré une levée responsable des lycéens et étudiants, on déplore des « incidents » dans différents points de la région parisienne. Bizarrement, ces « incidents » sont allumés soit directement par des provocations policières genre tirs de flashballs sans provocation lycéenne préalable, soit indirectement par des initiatives « syndicales » perpétrées par des personnes inconnues des syndicats (distributions de tracts « syndicaux » par exemple, près des lycées). Manifestement, l’Intérieur, donc l’Élysée, veut provoquer le clash afin de justifier une répression digne des pires heures de la dictature, ici et ailleurs.

    Nous ne pensons pas qu’il réussisse à lancer ses colonnes sans doute « dopées » comme le furent les poilus pendant la Grande Guerre, juste avant une attaque (témoignage de mon grand-père), en raison de la grande maîtrise des citoyens et des plus jeunes, déterminés mais responsables. Ne nous y trompons pas, nous sommes dans une situation explosive, digne de la Commune Insurrectionnelle de Paris, mais à l’échelle d’un pays. L’OCCUPANT de l’Élysée sera-t-il le nouvel Adolphe Thiers, fera-t-il tirer sur la foule, fera-t-il massacrer des citoyens faisant simplement leur devoir face à l’arbitraire le plus révoltant, au nom du N.O.M. ? Tout est possible, à ce niveau de déni de toute égalité, de toute liberté publique, de toute fraternité.

    « Ami, entends-tu………. »

    Répondre

  8. nosotros.incontrolados

    17 octobre, 2010 à 19:15

    Certes la critique de ce monde pourrait n’avoir plus à attendre. Elle pourrait aussi se satisfaire de quelques « a-priori » plus ou moins tendances.

    Dans presque aucun des cas qui l’occupent aucun de ses objets ne sera -même modestement- atteint sinon réduits au minimum médiocre également connu et identifié depuis longtemps sous l’éloquent et honteux vocable de « minimum syndical »!

    Partout la critique réelle de la misère de ne satisfait plus de ces tromperies, et partout elle se cherche.

    Elle se découvre progressivement que rien de ce que la servilité considère comme « paix » n’est encore seulement un peu respectable en quoi que ce soit.

    Qu’il faut inévitablement faire table rase.

    Bien sur il faudra bien admettre sacrifier sa télé, sa bagnole à la con, son frigo vide ou seulement plein de merdes à peine commestibles, pourtant infiniment désirées au meilleurs prix, dès qu’il est vide…

    De tous les sujets qui nous invitent aux débats comme au dégats sur les questions touchant de près ou de loin à la critique de la vie quotidienne, aucun ne sera véritablement abordé du point de vue de ce qui le plus souvent retient le meilleurs de notre attention fr@ternelle.

    L’ouvrièrisme, la « lutte de places », la contestation malheureuse tendront unanimement à prendre la place de la critique de l’organisation méthodique du non-vécu.

    Nous, nous ne bouffons pas de ce turbin-là!

    Les représentations de la contestation – y compris radicales- prétendront prendre la place de la réalité et nous en voulons pour preuve qu’elles auront dans le circuit des gémissements et autres soupirs ne visant guère qu’à garantir supposément l’avenir de ces vieillesses dont nous ne voulons pas, de nos jeunesses sacrifiées aux splendeurs de l’économie et de ses impératifs…

    L’argument sera que « le temps de vivre viendra toujours plus tard » et que préalablement nous devrions sacrifier nos vies, nos corps, notre beauté, nos capacités à jouir à des impératifs économiques dont nous nous battons les joues! Et l’oeil aussi!?

    Faut pas se leurrer: nous,en ce qui nous concerne, avec nos potes:

    ON NE LACHERA RIEN!!!

    Ca ne plait pas? Tant pis…. ah bon!!!

    S.

    Répondre

  9. lediazec

    17 octobre, 2010 à 19:31

    Va falloir s’accrocher aux branches. Vu l’état de la verdure !… C’est pas avec Hulot que ça va le faire. Cette affaire devient extrême.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. de la mata jeanpaul

    17 octobre, 2010 à 20:06

    Vous vous faites tous des illusions,rien ne changera…la plupart des syndicats Français serviles et lâches,roulant systématiquement pour eux dans toutes les entreprises de France et de Navarre,ne vont pas tarder à lever le pied et c’est pas les bipèdes aux pseudos virtuels d’internet qui les en empêcheront,pour cela il faut être sur le terrain…pas le cul assis devant un pc à cracher du fantasme,non ?.

    Répondre

  11. babelouest

    17 octobre, 2010 à 20:31

    Non, pas un la Mata, c’est sûr.

    Répondre

  12. de la mata jeanpaul

    17 octobre, 2010 à 20:35

    Merci ,je le prend bien comme un bipède qui agît sur le terrain même si tu penses le contraire…Clomani va être jalouse,non ?

    Répondre

  13. tueursnet

    17 octobre, 2010 à 21:45

    Balle de Manif
    Aux armes petits citoyens !

    Un camarade à vous a perdu un œil, je suis au courant mais ce n’est pas une raison de vous faire crever les deux. Ce n’est pas votre malaise !

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Manif

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

JJ cool week-end

Pas question de jardiner. La terre est bouillasse. Le jardin tristouille. Des promesses de…