Accueil Politique Fertilité & Stérilité

Fertilité & Stérilité

19
0
687

monocultureeeu.jpg

Mes 14 premières années ont été vécues, entre fertilité et stérilité, à la frontière très concrète de terres irriguées et enrichies par le Nil et le dur désert saharien que seul ce fleuve est capable de franchir. C’est dire que ce thème m’est familier.

J’écoutais récemment une émission de France-Inter (‘La tête au carré’) où il était question de la stérilité très progressives de riches terres agricoles d’antan. Il y était question de la disparition des vers de terre qui favorisent tant l‘agriculture. Et plus généralement de toute la vie – des microbes aux oiseaux en passant par les abeilles, les taupes, les campagnols etc. … Et des arbres, bien sûr, avec leurs milliards de kilomètres de racines !

On sait la vogue, depuis deux siècles, mais surtout depuis une soixantaine d’années, d’une agriculture moderne, devenue ‘industrielle’, qui ne pense que labours profonds, par d’énormes tracteurs, plus engrais et pesticides chimiques, monocultures, démembrements des taillis et talus, arrachages d’arbres isolés, j’en passe…D’énormes superficies agricoles (de l’Ukraine au Texas en passant par la Beauce…) furent ainsi un temps des ‘champions en rendement’, pour le blé notamment.

Puis on commença enfin, il y a 40 ans au mieux, à s’apercevoir que l’on ‘tuait la poule aux œufs d’or’, la terre nourricière, avec ses méthodes trop brutales. Certes, cela a enrichi – de façon inouïe ! – divers propriétaires et surtout divers spéculateurs. Lesquels s’entêtent, avec la complicité de pouvoirs politiques à leur botte, à pratiquer cette agriculture prédatrice de la riche nature. Non seulement par la monoculture céréalière, mais aussi par l’élevage intensif (bovins, porcins, volailles, poissons…). Non seulement la terre se meurt, mais les eaux s’empoisonnent, ainsi que les rivages marins : ravages, ravages !

J’ai beau être citadin – et j’aime ça ! – depuis fort longtemps, je suis, comme tout un chacun je l’espère, très sensible à la campagne, à sa beauté… Très affligé, comme beaucoup, de la voir défigurée. Non seulement par cette agriculture folle de profits à court terme, mais par la laideur envahissante de toutes ces ‘zones’ qui ceinturent villes et villages, avec prolifération de super-super-super marchés, etc. : uniformisation de ‘la société de consommation’, bouffe, jette, roule, vote, bosse ou chôme… et tais-toi !, ‘lémarché’ et ‘lémédia’ pensent pour toi…

Ils y pensent si peu, ou si mal, que les ravages de la nature, y compris la nôtre, s’accélèrent. On sait, mieux que ce dramatique appauvrissement de sols malmenés, qu’il y a aussi épuisement en vue des ressources pétrolières. D’où la folie par exemple de cette exploitation de forages très profonds, qui a entraîné l’immense marée noire du Golfe du Mexique…après tant d’autres marées noires ! – Folie à rapprocher d’autres catastrophes prévisibles comme Tchernobyl, Bhopal, les ‘boues rouges’ de Hongrie, etc. …

Et puis il y a nos vies concrètes…dans ce merdier. Nos vies devant des étalages de richesses inaccessibles à moins de tomber sur ‘le gros lot’ (ou d’épouser Mme Bettencourt !)…ou devenir gangster. Ou rêver. Ou lutter. En tant que lucide citoyen, jamais assez. La lucidité, ce n’est pas par l’étude savante de la société que cela s’apprend, même si elle est nécessaire. Cela s’apprend par ‘se frotter à la société en lutte’, y vivre c’est-à-dire en apprendre et y apporter.

Chacun son grain de sel… toute sa vie. A diverses occasions, y compris s’il le faut, celles si désagréables où il faut oser dire non – et d’argumenter ! – lorsqu’on entend dire (ou faire) une grosse connerie, genre engueulade (ou acte) raciste ou sexiste !

A propos de sexe, retour sur le thème fertilité/stérilité. Il paraît qu’il n’y a pas que nos ‘petites sœurs’ les abeilles à être atteintes, par empoisonnement chimique, de stérilité (et la raréfaction des abeilles entraîne une stérilité de plantes, non fécondées par le pollen qu’elles transportent…). Il paraît que l’homme, mâle surtout, est de plus en plus stérile : son sperme contiendrait de moins en moins de spermatozoïdes au mm3 ! Et ceci également pour cause d’empoisonnement chimique… : Il n’est pas question ici de rentrer dans le détail de ces recherches en cours, sûrement très délicates et importantes. Il est question de s’inquiéter de l’avenir de l’humanité. Certes l’humanité prolifère, c’est exact : des esprits néo-malthusiens pourraient donc, bêtement, se féliciter de ce ‘frein’ possible (voire divin !?) à une fertilité ancestrale.

Mais le vrai problème se pose bien autrement. On sait que les familles nombreuses sont surtout le fait de populations pauvres – on se console comme on peut ! – et c’est souvent dans des zones encore éloignées de nos pollutions modernes, provisoirement et relativement : les hommes y ont encore un bon sperme, sans doute. Cela entraîne que la démographie humaine est en train de se déséquilibrer encore plus. En gros entre ‘Le Sud’ (relativement) pauvre et surpeuplé et ‘Le Nord’, (relativement) riche et sous peuplé. Autre vision, à l’échelle mondiale, de la lutte de classes… et de son issue fatale : la victoire du ‘Sud’ !

Retour ‘au Sud’, à l’Égypte du Nil et du Sahara, symbole de l’opposition des mondes de la fertilité et de la stérilité. Il y a plus d’un demi-siècle que je n’y suis retourné : on m’en a dissuadé en me disant que je n’y retrouverai rien d’autrefois. Ce qui doit être vrai, sinon, sûrement, la gentillesse, l’humour populaires. Le Caire dispute aujourd’hui à Mexico et Calcutta la médaille peu enviable de la plus grande ville du monde de part leurs monstrueux bidonvilles, notamment. Mais j’ai toujours suivi l’actualité écologique du delta du Nil – la plus grande oasis du monde, ayant son extension artificielle dans la zone du canal de Suez où je vivais. Je sais par exemple que ‘ma ville’ d’Ismaïlia est aujourd’hui le siège de l’Institut de l’Irrigation, depuis toujours pratiquée avec soin : la naissance même de l’État pharaonique (modèle historique) est venue de la nécessité de centraliser le système d’irrigation, basé sur les célèbres crues du fleuve…

Aujourd’hui, il n’y a plus d’esclaves pour creuser les canaux, tant mieux. Mais il n’y a plus de crues non plus, ce qui veut dire qu’il n’y a plus d’apport naturel de limon, ces boues argileuses venues des montagnes d’Abyssinie et qui ont fait le sol arable du delta. Car il y a les grands barrages modernes d’Assouan, surtout le dernier, qui a entraîné création de l’immense lac Nasser (pour moitié au Soudan). C’est très bien pour l’électricité, très mauvais pour la fertilité des sols. Et on y pallie avec importation massive d’engrais chimiques, au grand profit des industriels, pas à celui du fellah !… Lequel constate la salinisation croissante des sols, l’avancée du désert et la dégradation de la côte. Là, il y a encore quelques dizaines d’années, un écosystème plurimillénaire faisait vivre micro algues et planctons, sardines s’en nourrissant, dauphins et pêcheurs se partageant ensuite la prise du poisson. Maintenant ? : la misère pour tous, algues, planctons, sardines, dauphins et pêcheurs ! Il semble même – d’après Greenpeace – que le départ des dauphins permet aujourd’hui à leurs ennemis requins (qui pullulent en Mer Rouge) de remonter le canal de Suez et de coloniser désormais jusqu’à la mer Égée !…

Voilà : les requins sont de magnifiques animaux, soit. Respect. A ne pas avoir pour ‘les requins de la finance’ encore plus voraces. Quant aux sardines, dauphins, pêcheurs et fellahs d’Égypte, permettez : total respect !…

Dans ce monde de fous, qui stérilise terres et mers, où va-t-on ? Va-t-on en finir à temps ?… C’est-à-dire passer de la religion de la croissance à la pratique de la décroissance dans l’équité ?

NoteJe me permets de rappeler que j’ai écrit deux articles dont celui-là est un peu le prolongement : – le pionnier Paul Ariès (17 avril) et – l’abeille et l’économiste, de Yann Moulier Boutang (14 juillet).

bosquetdarbres.jpg

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

19 Commentaires

  1. lediazec

    16 octobre, 2010 à 7:00

    Très intéressant dossier, Rémi. Un chouia long, mais passionnant à lire.
    Toutes les rubriques sont en place. Bernard a encore bien bossé. Le premier sur le pont, comme toujours. Bonne lecture.
    Un temps très moyen dans les Côtes d’Armor. Manif quand même !
    Rendons à César ce qui n’appartient pas à Lediazec. Pendant un petit moment, je suis devenu (par pure étourderie !) l’auteur de ce beau billet. Non, ce n’est pas moi, c’est bel et bien Rémi Bégouen le signataire.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. lediazec

    16 octobre, 2010 à 7:34

    Comme l’écologie passe – obligatoirement – par une révolution politique et qu’aujourd’hui c’est jour de manif, un petit lien qui nous concerne tous. Beau texte de Nicolas Domenach http://www.marianne2.fr/Les-manifs-vu-du-bunker-de-l-Elysee_a198529.html

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  3. b.mode

    16 octobre, 2010 à 8:33

    Beau billet et bon résumé de la situation calamiteuse de la planète ! Un brin nostalgique aussi !

    Répondre

  4. clomani

    16 octobre, 2010 à 10:11

    Ainsi, avec le progrès, l’humanité devient stérile tout en rendant la nature stérile. L’industrialisation de l’agriculture ressemble à l’histoire de l’apprenti sorcier.
    Cela voudrait-il dire que la nature sait, elle, ce qu’elle fait ? Naturellement elle met l’homme face à ses responsabilités : tu veux me forcer, t’en veux toujours plus ? Ben tu en auras, du « plus que plus » mais j’arrête de produire, dans ce cas. Démerde-toi avec ce que tu as créé, moi je n’ai plus grand chose à voir là-dedans.
    Ca me fait aussi penser à l’équilibre zen (enfin, l’idée que j’en ai) : dans toute chose, il y a du noir dans le blanc et du blanc dans le noir. Lorsqu’on ne veut voir qu’une couleur dans les conséquences à venir d’un projet, on s’expose à un grave déséquilibre. Tout comme je pense au paradoxe de la vie qui est qu’on commence à se rapprocher de la mort en naissant… mais qu’il y a plein de vie dans la mort, comme tu le disais il y a qqs semaines.
    L’industrialisation nous a poussés dans les villes et a fabriqué de grands propriétaires terriens en vidant les campagnes. Les villes sont des centres d’affaires dans lesquels on trouve des centres commerciaux.
    S’il y reste un peu de culture, c’est de la culture mercantile, videuse de cerveaux plus que poussant à la réflexion. Le culturel gratuit, il est maintenant à la télé ! Et là aussi, quelle stérilisation générale des idées ! L’autre, le « payant » est loin de la portée de toutes les bourses… (vides elles aussi, comme celles des mecs).
    Le cercle infernal est bien avancé… je vois personnellement mal comment on pourrait s’en sortir (à part en avançant à reculons, c.à.d. en repeuplant les campagnes, en créant des cités autonomes et indépendantes du pouvoir central, en organisant les liens entre cités et campagnes, en se préoccupant avant tout de l’éducation et de la santé, comme le font les communautés zapatistes, le tout sous la surveillance d’un élu, lui-même sous la surveillance des comités de quartier, etc.)
    Utopions, utopions !

    Répondre

  5. lediazec

    16 octobre, 2010 à 10:44

    Ca va chauffer à Lannion tout à l’heure. Juste avant la manif contre les retraites, une manif de la bonne vieille droite qui pue contre… les Roms ! La bonne provoc facho-sarkozyste est en marche.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  6. Remi Begouen

    16 octobre, 2010 à 11:20

    Petites précisions sur ‘la mondiale lutte de classes’ que devient le déséquilibre démographique :
    1- Les ex ‘champions de la guerre froide’, sont désormais ‘champions du déclin démographique’, catastrophique pour la Russie, et plus ou moins masqué par l’immigration (légale ou non) pour les Etats-Unis. Les autres pôles capitalistes sont atteints de ce déclin, nettement pour le Japon, et de façon plus ou moins masquée par l’immigration (légale ou non) pour l’Europe de l’Ouest, l’Australie, le Canada…
    2- La Chine, l’Inde, le Brésil, ces champions de la démographie galopante, deviennent aussi champions du capitalisme nouveau, avec très bas salaires ouvriers et paysans… un peu comme l’Europe du temps de Zola. Car il n’y a que la surexploitation de la force de travail pour la ‘croissance du capitalisme’ inégalitaire…
    3 – Restent les ‘oubliés’ un peu partout en Asie centrale, en Afrique, en Amérique Latine… Souvent en guerre, soit intestine, soit néo-coloniale (Irak, Afghanistan…) : d’où les effroyables misères et mouvements migratoires de plus en plus illégaux. Et puis, ça et là, comme au Chiapas insurrectionnel ou au Venezuela institutionnel, voire en Iran, se lèvent des espoirs de justice sociale… Bref, on n’est pas sortis de l’auberge !!

    Répondre

  7. Fifi d'Ardèche

    16 octobre, 2010 à 11:43

    J’aime ce texte…J’aime l’Antiquité, et donc l’Egypte, j’aime aussi les Peuples Premiers, d’où qu’ils soient, ces communautés, tant en Amérique du Sud qu’en Afrique ou en Australie,ou dans les iles, qui depuis des millénaires, vivent en harmonie avec la Nature, ce que nous ne savons plus faire….Mais ce dont beaucoup rêvent et c’est là, l’Espoir! Car il y a des chercheurs dont les travaux s’orientent dans cette direction, un peu partout et dans tous les domaines.
    Il y a des hommes et des femmes qui ont décidé de retourner vivre dans les campagnes…On se tourne vers la géothermie ( il est temps, mon père en parlait déjà voici plus de 50 ans…)
    ,et d’autres techniques respectueuses de l’environnement, beaucoup rejettent les engrais et les pesticides, l’agriculture biologique prend de l’essor, les voitures électriques arrivent…Il est possible d’espèrer!

    Répondre

  8. Fifi d'Ardèche

    16 octobre, 2010 à 11:47

    Merci pour Tom Waits!

    Répondre

  9. lapecnaude

    16 octobre, 2010 à 12:13

    Et çà date des années 30, « l’utilisation des énergies des volcans » ….
    ————————————

    NOUVELLES DE L’HEMICYCLE EUROPEEN : Séance pleinière du 20 au 23 septembre 210

    - Grâce à la nouvelle règlementation européenne approuvée en première lecture par le Parlement, le « biocides » servant à lutter contre le parasites et les germes seront bientôt sûrs et plus respectueux de l’environnement. Les députés se sont prononcés pour l’interdiction des substances les plus toxiques cancérigènes, nuisibles à la fertilité, entraînant des perturbatons hormonales et des mutations génétique. Ils ont également renforcé l’exigence de remplacer progressivement les autres substances dangereuses par des alternatives moins nocives. Les députés veulent un système européen centralisé d’autorisation des biocides. A partir de 2013, l’Agence européenne des produits chimiques devrait être chargée de l’évaluaton des demandes de nouveaux produits.
    —————————-

    Agence européenne des produits chimiques :
    date de création : 18 décembre 2006
    date de mise en service : 12 juillet 2010
    Siège à HOOP – HELSINSKI – FINLANDE
    application du règlement REACH – uniquement par internet
    ————————————
    Qui en fait partie ? Les grands fabriquants de produits cimiques ? Quelques sommités médicales y affilliées ? Plus quelques potiches en mal de situation ?
    ————————————
    Dans deux ans on saura, sauf changement dans les commissions et sous-commissions comment sauver la population des vers de terre et autres insectes et flores que le monde à mis des milliards d’années à construire et le hommes deux décennies à détruire.

    En attendant, tous à vos « composteurs, vos pelles et vos bêches pour les encemenser et ainsi créer des mini-conservatoires du monde souterrain ….

    Répondre

  10. Erby Kezako

    16 octobre, 2010 à 12:15

    Beau texte ! Je ne peux m’empêcher de penser à nos enfants et petits enfants qui vont nous suivre et j’en ai gros sur la patate ! Belle Terre que nous leur laissons…

    Allez vite ! La musette et le chien !…. Je vais aller faire passer ce speen dans ma cambrousse et m’escarougner les bras et les jambes dans les bartas d’églantines pour y cueillir des gratte-cul !… Ce soir liqueur de cynorhodon en préparation dans les Cévennes !

    La Nature, pendant que certains la détruise, il faut bien que d’autres la déguste….. ;)

    Répondre

  11. b.mode

    16 octobre, 2010 à 12:38

    Manif à Nantes 15 h devant le CHU ! J’en serais ! Si d’autres ruminants y sont qu’ils n’hésitent pas à m’appeler ! D’après Rodo, y’a jamais eu autant de monde à Lannion ! On lâche rien !

    Répondre

  12. clomani

    16 octobre, 2010 à 14:05

    Bon, moi je me mets en route pour République (ou Bastille).

    Répondre

  13. b.mode

    16 octobre, 2010 à 14:12

    mouais y’a pas grand monde de naoned à se bouger le cul ???

    Répondre

  14. lediazec

    16 octobre, 2010 à 14:15

    Retour de Lannion. A tous les Field et apparentés : manifestants en nette augmentation. Mardi prochain, manif et picnic à suivre ! On continue.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  15. b.mode

    16 octobre, 2010 à 14:50

    J’y go amigo ! et gigot aussi ! préfiguration de la nouvelle rubrique viande ici en bas !!! http://ruminances.unblog.fr/viandes/

    Répondre

  16. babelouest

    16 octobre, 2010 à 15:20

    Ah zut Bernard ! Je m’étais levé très tôt, j’ai fait une petite sieste, et j’ai eu une panne de paupière…
    J’y étais mardi !

    Répondre

  17. lapecnaude

    16 octobre, 2010 à 15:38

    Merci Erby, j’ai trouvé la recette, je vais essayer d’écumer mes parages sous le pretexte fallacieux de promener les chiennes !

    Répondre

  18. b.mode

    16 octobre, 2010 à 17:48

    Belle manif à Nantes ce jour ! Je sais pas trop me prononcer quant aux nombres de manifestants ! La jeunesse a réveillé un peu la torpeur des syndicalos…

    Répondre

  19. clomani

    16 octobre, 2010 à 18:08

    Retour de mi-manifestation (je me suis arrêtée à Bastille, la flemme d’aller jusqu’à Nation et après d’avoir à me taper des heures de tromé). Arrivée à République une demi-heure après le départ officiel, ça piétinait encore : la fin de ce cortège-là n’était pas partie. J’ai donc suivi un des deux cortèges, cette fois-ci celui des syndicats, et de tout le monde… parce que, vraiment, il y avait des gens divers et variés…
    Ca a mal commencé, il a plu des trombes d’eau alors que j’avais péniblement retrouvé ma copine… tout le monde s’est rué chez Tati pour acheter un parapluie : y’en avait plus ! Alors chez le vendeur de bagages qui les vendait 5 Euros (les parapluies)… puis départ et, bien sûr… la pluie s’était arrêtée. Nous étions en quasi fin de manif…
    Beaucoup de monde sur les trottoirs, aux terrasses des cafés, les pompiers et un ou deux keufs dans les rues parallèles… pas trop visibles. A Bastille, le virage a été pris dans le calme, les CRS étant plutôt éloignés. J’ai vu Marcel Trillat en grande discussion avec 3 types du P.C. (évidemment) … je n’ai pas osé le déranger pour aller lui claquer la bise (on était des adhérents à la section Cégète de F2 ensemble)… puis nous avons pris la tangeante… j’étais quelque peu K.O. (satanée sinusite grecque qui ne passe pas).
    Dans le métro, il y avait encore plus de monde (vu qu’il passait par Bastille)… beaucoup d’Iledefranciens qui faisaient leurs courses, je crains…
    En fait, le plus dur dans les manifs, c’est d’y aller et d’en revenir en métro, avec des gens qui n’ont pas manifesté à qui j’ai envie de dire qu’ils sont nuls ! Je sais, je ne suis guère tolérante… N’empêche que bon, la phrase du jour dit assez bien ce que je pense ;o)).

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Voyages au Maroc (partie 2)

Notes d’un « SANS-PAPIERS » français au Maroc (extraits d’un essai auto-publié en 1999 sou…