Accueil Politique Chouchou-bling-bling et l’Amérique

Chouchou-bling-bling et l’Amérique

11
0
352

blingbling.gifN’ayant pas grand-chose à grailler dans l’hexagone, Narcisse est parti – pionnier en quête de grands espaces et de scalps en guise de trophée – faire l’indien de l’autre côté de l’Atlantique, par le biais cette fois-ci d’une interview « accordée » à CBS, le fameux fenestron de là-bas. Consécration ! Comme tout ce qu’il touche par ici se dégrade, il s’est sûrement dit, puisque nul n’est prophète en son pays, pourquoi ne pas aller faire le beau là où personne ne me connait ? En effet, le peu d’écho suscité par sa visite officielle l’a sans doute chagriné un brin, mais, pugnace, il retente la resucée médiatique, sans, toutefois, en obtenir le retour espéré : améliorer son image dans l’opinion.

Comme l’alcool ou le tabac, l’abus est dangereux pour la santé. Sur le grill pour cause de servilité, cette fois les médias en ont fait état, mais pas plus… Ces grands enfants que sont les américains sont sensibles à l’idée qu’un homme seul, inspirant la pitié, monarque trépignant d’un petit royaume, est toujours le bienvenu chez l’oncle Sam. C’est pittoresque. Ah, l’Amérique ! Par le forcing, Chouchou espère gagner ce qu’il n’a pas eu lors de son voyage officiel : la reconnaissance médiatique. Subsidiairement, à l’image de papa Pal, plus tard, la chose lui fournissant matière, il fera éditer un livre d’entretien dans lequel il racontera son conte de fées, ses visites, ses rencontres, sa fierté à avoir tutoyé les grands de la planète, comme on tutoie le camarade de chambrée. Avec de tels souvenirs il aura les honneurs de la télé nationale. Une bonne plage de propagande chez papy Drucker, un dimanche après-midi, pourquoi pas. Drucker ne se sentant pas prêt pour un départ à la retraite, lui servant la soupe avec le « professionnalisme » qu’on lui connait.

J’ai donc lu des extraits de l’entretien accordé à la téloche américaine sur des sujets aussi divers que la rumeur, la popularité, la sécurité nucléaire, l’Iran, le désarmement… Que des marronniers, vous en conviendrez. Partout, il s’est montré serein. Cette sérénité lui est venue suite à cette lamentable « rumeur » qui lui a pourri une partie de son quotidien pendant un bon bout de temps. Cela fait mal de se fourvoyer à ce point. S’étant rendu compte qu’il avait lui-même poussé la machine un peu fort, il a ensuite tout fait pour la rattraper, traitant son entourage de tous les noms. Attitude d’enfant pourri-gâté ! Peine perdue quand même, lancée, la bécane s’est écrasée contre le mur de l’enceinte avec fracas. Ridicule, comme toujours.

Ses conseillers en ont pris pour leur grade, à commencer par ce babilleur de Charon, un exemple de bêtise malsaine. Même s’il s’énerve en privé, qu’il casse du conseiller à tour de bras, en public Narcisse fait depuis peu des efforts pour afficher une quiétude toute relative. Quel boulot pour les conseillers en image ! Vite, une prime ! Certains lécheurs vont jusqu’à parler de nouvelle dimension chez lui. Le Figaro avance l’idée d’une remise à niveau personnelle et d’une volonté à vouloir mettre ses troupes en ordre de marche. Exemple de ce sang froid nouveau devant ce complot (on ne rit pas) ourdi par on ne sait quelle puissance financière : « Carla et moi avons une vie très calme ». Ah, bon ! Il est vrai que si les américains sont friands de secrets d’alcôve, dans la culture hexagonale, la chose n’a pas la même audience, malgré les efforts déployés par la presse pour que cela le devienne.

De ce point de vue, les français gardent un certain cap. Les citoyens savent faire la différence entre un buzz divertissant et une information réelle. Leur préoccupation se trouvant ailleurs. Si vous leur demandez, ils vous répondront que dans l’immédiat ce qui les inquiète c’est la situation économique, le chômage, les retraites, le pouvoir d’achat, les services publics, l’école, tout ce qui fait le fondement d’un système basé sur la solidarité et que le libéralisme cherche à démanteler avec l’appui du pouvoir politique en place. Chouchou a été porté au pouvoir pour ce faire, ne l’oublions pas. Mais à défaut de « karcheriser les banlieues », il sulfate avec application tout notre système social. La fermeture progressive du site de Melun-Sénart spécialisé dans les pièces de rechange et qui emploi dans les 400 personnes est un exemple parmi des centaines d’autres. Il illustre parfaitement le jeanfoutisme capitaliste, révélant par l’occasion le cynisme et la virulence de ses actes. La direction de PSA a beau affirmer que nul ne sera lésé, mais elle a déjà tout prévu, il s’agit de la réplique d’un séisme social que le libéralisme déclenche isolément ou en cascade quand bon lui semble.

Le capitalisme a déclaré la guerre à la classe ouvrière et il ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Première étape après l’annonce de cette fermeture : c’est pas pour tout de suite, c’est pour 2012. Prenez le cacheton que voici pour commencer. C’est un préventif. Seconde étape : le personnel aura la possibilité de la conversion ou du départ à la retraite anticipé moyennant prime ou conversion, au choix. A cette allure, il va être difficile d’imposer la retraite à 65 ans, voire plus, comme le veut le gouvernement de Bling-Bling. Retraite anticipé pour les uns, licenciement avec prime pour les suivants, boulot de merde pour les restants, chômage en perspective pour tous. Pour info, PSA a perçu, sous forme de prêt, en 2009, une somme rondelette (3 milliards) de la part de l’État qui l’engageait à préserver les emplois. Cet exemple n’est pas un cas isolé. Vive l’État-casino !

Alors l’interview de Chouchou et ses sujets bidons comme la sécurité nucléaire, le désarmement et l’Iran (Ah, l’Iran! Il n’y a pas longtemps c’était la Géorgie) et autres gondoles, on s’en tamponne ! J’aimerais qu’il nous explique pourquoi le premier médiateur de Pôle emploi aura tenu un peu plus d’un an avant de claquer la porte ? Le dit médiateur, Benoît Genuini vient de jeter l’éponge : « Je n’ai ni les moyens ni le soutien nécessaires pour continuer à faire mon travail ! » Ce n’est pas Donquichute qui avait annoncé sur TF1, devant le panel de français choisis pour l’occasion que l’emploi était une question de quelques semaines ?…

Cerise sur le gâteau dans l’interview : la Présidentielle 2012… Bling-Bling se décidera vers la fin de l’été ou au début de l’automne 2011.

Au moment où les feuilles mortes se ramassent à la pelle !… Espérons que la feuille morte Chouchou-Bling-Bling sera dans le tas !

http://www.dailymotion.com/video/xcxg1u

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

11 Commentaires

  1. b.mode

    18 avril, 2010 à 8:09

    Le ton faussement posé pour faire président, ça l’air d’être la nouvelle donne… Jusqu’au prochain pétage de plomb. On dirait un mauvais acteur qui surjoue. Pathétique !

    Répondre

  2. lediazec

    18 avril, 2010 à 8:12

    @ Bernard. Il joue dans un registre qui ne lui convient pas : le contre-emploi !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  3. babelouest

    18 avril, 2010 à 8:21

    En dira-t-on assez, de cet histrion s’appliquant, sans doute sans le savoir, à reproduire les tics, les colères, les gaffes d’un De Funès qui savait les distiller volontairement ? Un Le Funeste en somme….

    Répondre

  4. b.mode

    18 avril, 2010 à 12:57

    Script intégral de la causerie à CBS par le réseau Voltaire http://www.voltairenet.org/article164932.html Edifiant ! La défausse sur la crise… Chirac a laissé dans l »histoire  » le quai Branly, lui le quai Branlette ?

    Répondre

  5. laetSgo

    18 avril, 2010 à 13:42

    moi, j’aurais bien voulu mettre la main sur sa causerie à l’université de Columbia car là, il y avait de quoi le bacher ! Du Sarko naturel 100% pur jus ! au fait, il n’est pas resté coincé aux States par hasard ? (rêvons un peu…)

    Répondre

  6. b.mode

    18 avril, 2010 à 14:15

    ou dans l’aéroplane polak…

    Répondre

  7. Philippe

    18 avril, 2010 à 14:40

    Ca fait clapi-clapo … LOL !

    Répondre

  8. lapecnaude

    18 avril, 2010 à 15:33

    C’est bon de rèver hein ? … aéroplane russo-polak …. MAIS PAS LE PANTHEON, na !
    Ce nouveau Tartuffe qui se présente aux télé z’étrangères me parait franchement éteint, il a été tranxénisé au +50 ce jour là. Pendant ce temps ses ministres et autres séïdes s’en donnaient à coeur joie dans la pétaudière foireuse de leur bauge élyséennne .. va-t-en arrêter la roue du moulin quand la crue arrive !

    Depuis un mois, dans notre coin, on n’a jamais tant vu d’hélicos du GLAM se balader, ni autant de sous-ministres, ministres et compagnie venir se répandre, que dis-je s’éclafoutire, pire que la dernière vague qui vient lècher le bord de la plage.
    C’est une véritable cacophonie, pire que les cris des goélands derrière les charrues dans les champs. Et je te dis, et je te médis, et je te redis… soyons vigilants, ils ont tous des têtes de gens qui veulent nous faire des petits dans le dos, je vous le dis !

    Répondre

  9. babelouest

    18 avril, 2010 à 16:02

    Tiens, La Pecnaude, çà me rappelle un truc qui a failli arriver. Madame Royal en tête, une brochette (lourde, la brochette) d’huiles veut faire un tour de barque dans le marais poitevin. Cela se passe aux alentours de 1998. En théorie, ces barques sont prévues pour embarquer au max une dizaine de personnes en sécurité, enfants compris. Voilà-t-y pas que tous montent dans le même « batai », dont le tirant d’eau s’accroît au point qu’il n’y a plus qu’un centimètre de bord au-dessus de la surface. Le batelier, qui n’en mène pas large, déborde avec précaution, et réussit à emmener tout le monde, hilare (cela, il faut le noter), le long de l’itinéraire prévu. Retour au port, les personnalités débarquent une à une, le fond remonte doucement, pas de dégât. C’est le batelier qui l’a raconté à mon père. J’imagine, si un faux mouvement de quelqu’un avait occasionné un coup de roulis : tout le monde à la baille. La Grande Rigole de La Garette a tout de même un fond de trois mètres. C’eût été la grande panique à bord !
    http://i60.servimg.com/u/f60/11/40/28/12/yole_m10.jpg

    Répondre

  10. lapecnaude

    18 avril, 2010 à 16:40

    @ Babelouest – tu parles, z’ont dû finement en rigoler un brin. Dis, comment on dit pour ces prés au bord des canaux de la venise, ceux qui sont tout entourés d’eau qu’on y mène les tores pour tout l’été ? La grand-mère de Tolo était née native de Mauzé sur le Mignon, tu vois et lui quand il a été plus grand, son boulot c’était les marais et les ouvrages à la mer. Cà existe toujours ces grandes tables où les écuelles étaient creusées dans l’épaisseur du bois ?

    N’empèche que la Madone en train de crawler dans la Grande Rigole … avec les lentilles, elle aurait eu à boire et à manger gratis ! L’aurait pu attraper des anguilles en plus !

    La Grande Rigole, le nom prédestiné !

    Répondre

  11. babelouest

    18 avril, 2010 à 17:03

    Les prés comme çà ?… je dirai, les tâches, bien que le sens soit un peu différent, et rappelle davantage des parcelles où l’on récolte des mojettes. Mais avec les rotations de cultures, elles doivent bien être en herbe aussi de temps en temps.

    Pour les tables creusées, j’en ai entendu parler, mais je n’en ai jamais vues. On devait en trouver chez les vieux colliberts, sans doute. Mauzé, je connaissais bien vu que j’habitais tout près. Très jeune, j’y ai accompagné mes parents à la foire, avec le char à bancs !

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Mauvaises nouvelles de la toile

. Vote des étrangers : c’est Zangalewa ! Débat au Sénat sur le droit de vote des étr…